Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 63
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0071
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
PLANCHE 37.

de

Deux Fragments d'un relief.

0 Trouvés sur l'Esquilin entre 1870 et 1880. Marbre pentélique. Le fragment supérieur est large

0j.j .' haut de °>2o»\ et le fragment inférieur large de 0,35™, haut de 0,315™. Le premier présente le bord
a sa partie supérieure, le second à droite et en bas.

A Ny-Carlsberg, les fragments ont été, à tort, immédiatement superposés, alors que le

agment supérieur aurait dû être notablement déplacé vers la gauche. En effet, si l'on recon-

situe la scène, la jeune fille est évidemment debout, à gauche, faisant face à l'homme assis.

' S1ege présente des pieds recourbés. Quant au dossier, on en aperçoit un fragment à proximité

e gauche; un second, figuré par une

gravée à gauche du ventre. Le per-

ge s incline en arrière, dans une position

^SSeZ lnc°mmode; il retire fortement les pieds

e siège, sur leqUei [\ pose ja majn

1 "v,-6' tandis que le bras droit s'appuie sur
un aton noueux, dont on aperçoit un frag-

ent au sommet de la partie gauche du relief

inférieur u

'■ il est vêtu d'un himation qui laisse

Cl déc°uvert le haut de corps.

La jeune fille se tient debout devant

1,1 > la tête penchée; la coiffe et les cheveux

Pes court ne caractérisent pas nécessai-

ement une esclave, car la même coiffure

C^wJL^i^.'AM.^ 41.

Fig. 33

œuvres représentant cer-

aPParaît dans des____________________________________________________________________________

tamement des femmes libres.' D'autre part, la nudité voulue de l'épaule droite, peut-être aussi la
Parure de l'oreille, ne concordent pas avec ce que nous savons du costume des esclaves grecques,
S!mple et dépourvu d'ornements. Il se pourrait plutôt que la chevelure coupée court fût un
Slgne de deuil; en ce cas, il faudrait voir dans nos fragments les restes d'un relief funéraire,
°u l homme assis représenterait le défunt.

Ce relief est d'un intérêt tout particulier, à cause des étroits rapports qui l'unissent à un
monument bien connu, le relief dit de Mantheos, à Wiltonhouse(i). Les analogies de style sont
happantes. En ce qui concerne le motif même, l'homme assis de notre relief reproduit presque
fidèlement, mais à contre-sens, le Jupiter du monument votif de la collection anglaise. L'étroite

(1) Michaelis, Ancien/ marbles in Great Sri tain, p. 680, n° 48; Friederichs-Wolters 239; ici fig. 33-
loading ...