Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 64
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0072
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
parenté s'observe de plus dans le rendu des
plis, tracés gauchement et comme froissés,
dans les attitudes affectées et recherchées, dans
certaines singularités de la structure du siège,
dans les grossières fautes de dessin que l'on
observe au bras gauche et à la main du per-

sonnage assis.

Nous ne savons à quelle époque il faut
faire remonter ces œuvres. Quelques détails
sont d'apparence archaïque. Ainsi, sur le relief
de Copenhague la tête de la jeune fille qui fait
songer au relief de Pharsalos au Louvre (i),
vis- 34 ou la tête de Zeus du relief de Wiltonhouse.

Mais il ne faut voir ici que l'effet d'une intention
archàisante; il suffit, pour s'en convaincre, d'examiner sur le monument anglais les formes du
thymiatérion et du bassin, qui appartiennent visiblement à une époque postérieure.

Je ne connais point de réplique des fragments de Ny-Carlsberg. Par contre, le relief de
Wiltonhouse a joui dans l'antiquité d'une véritable célé-
brité, et nous n'en avons pas moins de quatre répliques
plus ou moins fidèles. Le jeune homme est reproduit
dans un relief du Palais des Conservateurs (2) et dans un
fragment du Musée National d'Athènes(3), dont la véri-
table interprétation me fut donnée dès l'année 1888 par
mon ami Bruno Sauer(4). Le Zeus se retrouve dans un
fragment de la Villa Albani (5) et un autre du Musée
des Thermes(6). Un relief du Musée de Constantinople(7)
offre avec nos fragments certaines analogies de détail,
par exemple dans la forme curieuse du thymiatérion.
De plus, Treu (8) a rangé dans la même série, et pro-
bablement avec raison, le relief Karapanos, qui représente
Héraklès tirant de l'arc (9), et le relief de Dresde appa-
renté au précédent par le style, et qui porte un Héraklès
à la biche.

Catalogue 1041.

F'g- 35

(1) Brunn-Bruckmann pi. 58; Collignon, histoire de la sculpture grecque, I, p. 271, fig. 134.

(2) Helbig I, 590; Bull. corn. 1884, pi. XXIII.

(3) Kavvadias 37.

(4) Cf. Conze, Attische Graoreliefs, texte p. 9, fig.

(5) Scellé en bas d'un mur, derrière le «café> ; la partie inférieure du Zeus seule est conservée, avec la foudre dans la main droite.

(6) Ici fig. 34; d'après un moulage du Musée des moulages de Munich (n° 266 du catalogue de 1895).

(7) Voir ici fig. 35 ; d'après l'affreuse, mais unique copie de E. Goold, catalogue d'un certain nombre d'objets contenus dans le musée
impérial de Constantinople, 1871, n° 127. Joubin, monuments funéraires du musée impérial ottoman, 1893, n° 74- «Provenance probablement
Salonique».

(8) Anzeigcr d. archaeol. Jahrbuchs, 1889, p. 97, note.

(9) Rayet, Monuments de l'art antique I, pi. 23.

64
loading ...