Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 80
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0088
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
créations de Polyclète l'influence de l'art attique. — Le modelé des parties nues du torse
Jacobsen correspond à celui des deux chefs d'œuvre du maître. Par les détails des poils du
pubis, il rappelle l'excellent torse florentin du Doryphore, en basalte (i). Les veines sont
déjà indiquées sur le ventre et les bras du torse du Doryphore Pourtalès de Berlin (2).

Nous pouvons nous faire une idée du motif de notre statue, grâce à la réplique Barracco
et à celle du Vatican dont les pieds sont antiques (3). La main gauche reposait sur la fesse gauche,
le bras droit pendait le long du corps. D'après Furtwàngler (1. c. p. 434) la main droite de la
réplique Barracco aurait tenu un attribut en forme de bâton. On n'en voit rien sur la
reproduction, et le texte de Helbig n'en fait absolument pas mention. Les autres répliques
n'ont conservé, elles non plus, aucune espèce d'attribut C'est pourquoi la signification de cette
statue restera encore obscure. La tête est fortement tournée vers l'épaule droite, avec plus
de vivacité par exemple que celle du Doryphore. Le pied gauche est, comme celui du Doryphore,
fortement rejeté en dehors, dans la position de la marche; toutefois, il n'est pas levé aussi haut.
Toute l'attitude a quelque chose de plus libre, de moins forcé que celle de la statue mentionnée;
à cet égard encore la création de notre type marque un progrès dans le sens du Diadumène.

Catalogue n° 1047 c.

(1) Arndt-Amelung, Einzelverkauf n° 94/95; Amelung, Fiihrer n° 143.

(2) Friederichs-Wolters 507. Furtwàngler, Meisterwerke, p. 421. Ce dernier auteur fait observer (p. 442) que, sur aucune des
répliques du Diadumène, il n'a remarqué l'indication des veines abdominales.

(3) D'après Furtwàngler 1. c.

80
loading ...