Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 82
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0090
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
de ce genre. L'endroit de la découverte, les jardins de Salluste, renfermaient à l'époque antique,
comme l'ont montré les fouilles opérées sur l'Esquilin entre 1870 et 1880, une série nombreuse
d'œuvres d'art d'une valeur tout exceptionnelle, ce qui nous permet de supposer a priori que
nous avons affaire ici à un spécimen qui surpasse en mérites la masse des statues mises au jour.
En outre, l'exécution technique de la statue nous éloigne du groupe des copies romaines. Ce
spécimen trahit, il est vrai, une rudesse et une gaucherie étonnantes, qui se manifestent notamment
dans les méplats anguleux de la cuisse droite, dans la pose raide et non motivée des jambes,
l'attitude affectée des bras, et dans la fausse disposition des muscles du torse, contraire à la
vérité anatomique. Toutefois ce sont là des défauts qui n'ont aucun rapport avec la grossièreté
et les méprises des copies romaines ordinaires, mais qui révèlent évidemment un style encore
gauche et naïf et la main d'un artiste peu habile, mais en tous cas grec. Je ne connais pas
non plus de copies romaines qui rendent les mamelles de cette manière spéciale (1). Il est
malheureusement impossible de fixer d'une manière certaine le rang que cette figure occupe
dans l'histoire de l'art par rapport au style. La tête rappelle de loin, par toute sa conformation
et la dispositon des cheveux, l'art de Polyclète, tandis que le modelé de la draperie qui plaque
par-dessus les cuisses, ainsi que la lourdeur un peu rustre du motif se retrouvent dans les
sculptures des frontons d'Olympie. On se butte à des difficultés du même genre lorsqu'il s'agit
de dénommer cette statue, par suite de l'absence de tout attribut et de l'ignorance où nous
sommes de son emplacement à l'époque antique. Le jeune homme paraît reposer sur un coussin,
qu'on peut voir sur notre reproduction à droite de l'humérus gauche. J'ai déjà eu l'occasion
de parler précédemment, dans la notice des planches 38—40, p. 67, du rapprochement qu'on
a voulu établir entre cette statue et une autre œuvre de la Glyptothèque Ny-Carlsberg et qui,
à mon avis, n'a pas de raison d'être.

Catalogue n° 1047. Reinach, Répertoire de la statuaire, II, 1, 42, 2.

(i) Cf. Athenische Mittcilungen des Instituts 1897, p. 72, note I.

82
loading ...