Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 83
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0091
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
fig- 43

fi g. 44

PLANCHES 53 et 54.

Deux têtes de jeune homme.

La tête de la planche 53 a été trouvée dans la Sabina et achetée à Rome. Le bout du nez est
moderne. Hauteur: o,mia. — La tète de la planche 54 a été également acquise à Rome. Sont modernes:
le nez et la lèvre supérieure. Hauteur: o,m 24.

Furtwàngler (1) voit, dans ces deux têtes, des répliques du type dit de «Narcisse». Avant
d'examiner le bien-fondé de cette opinion, il faut au préalable rechercher si ces deux têtes sont
réellement des répliques du même original. A mon avis, il est impossible de donner à cette
question une solution pleinement certaine, d'autant plus que l'exécution des deux têtes n'offre
rien de bien remarquable et que même celle de la tête de la planche 54 est vraiment insuffisante.
Elles ont toutes deux des proportions plus petites que nature, leur mouvement est le même, et
elles ont pareillement le crâne allongé en arrière d'une façon peu ordinaire; mais elles diffèrent
absolument par la forme des yeux et par la disposition des cheveux, notamment au-dessus du
front. Faut-il attribuer purement et simplement ces divergences à la main d'un copiste de second
ordre, ou supposent-elles plutôt l'existence de deux originaux distincts5 C'est là une question
à laquelle nous reviendrons plus loin.

Ensuite, pour reconnaître s'il s'agit bien d'une ou respectivement de deux répliques du
Narcisse, nous devons d'abord déterminer, parmi toutes les reproductions du type de Narcisse,
celle qui doit servir de base à cette identification. En effet, les diverses répliques de ce type
s'écartent considérablement l'une de l'autre, comme on l'a déjà fait remarquer ailleurs (2), de
sorte qu'on est en droit de se demander si nous avons réellement affaire à un type tmique ou
si ces répliques ne reproduisent pas plutôt des oeuvres de deux ou de plusieurs écoles qui ont
modifié, chacune suivant son style propre, un motif en vogue. Nous ne sommes pas non plus
à même de donner à cette question une réponse catégorique et définitive.

(1) Meisierwerke, p. 483, rem. 3.

(2) Amelung dans Arndt-Amelung, Einzclaufnahmen, no 113g.
loading ...