Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 89
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0097
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
avec raison à la fin du Ve siècle, prouvent que ce modèle, au moins dans certaines de ses parties,
remonte à une époque antérieure. On peut en conclure que le traitement des figures du relief
n'est ni un, ni original, que ce relief n'est pas la réplique fidèle d'une œuvre plastique, mais
bien un remaniement postérieur de quelque original plus ancien.

Que cet original ait été un tableau, c'est ce que les peintures des vases permettent de
croire. En effet, on ne connaît pas jusqu' à présent, je crois, aucun vase avec des reproductions
d'originaux réellement statuaires et sans aucun rapport avec des peintures. Cependant,
j'avouerai que ces dernières considérations pèchent encore par la base, et je préfère, dans l'intérêt
de la science, faire trêve d'hypothèses et renoncer à rechercher, par exemple, quel a pu être
l'auteur du dit tableau ou à quel sculpteur pourrait se rattacher le type de notre figure.

Catalogue (1898) n° 314. Klein, Praxiteles, p. 90, rem. 1. L'opinion de ce dernier, d'après laquelle
l'enfant de la statue Jacobsen ne serait qu'une adjonction du copiste, tandis que l'exemplaire de Dresde
reproduirait exactement l'original, se trouve infirmée par les rapports qui existent entre la statue Jacobsen
et les reliefs Paris-Hélène. — En ce moment même j'apprends l'existence d'une petite statuette sans tête,
qui est aussi en rapport avec les monuments mentionnés ci-dessus. Elle se trouve dans la galerie du peintre
Lenbach de Munich. J'espère pouvoir l'analyser ailleurs.



89
loading ...