Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 102
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0110
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
PLANCHE 64.

Tète d'Eros (?).

Hauteur o, m oS. Provient de Brauron en Attique. Elle a fait partie ensuite d'une collection privée
allemande. Marbre pentélique. Sont restaurés: le nez, la partie gauche et le milieu de la lèvre supérieure,
une parcelle de la lèvre inférieure à gauche, la moitié extérieure du sourcil droit.

L'expression sérieuse et toutefois gracieuse du visage, puis la chevelure bouclée nous
autorisent à croire que cette petite tête charmante représente Eros. La tresse qui court du
front au sinciput est un ornement qui figure fréquemment au IVe siècle sur les têtes d'enfants.
Au Ve siècle, époque à laquelle remonte notre marbre, je ne l'ai encore rencontrée que sur des
têtes de personnages adultes (1).

La tête est légèrement tournée vers l'épaule droite. Le fait que les cheveux, du côté
droit de la tête, sont travaillés avec moins de soin que ceux du côté gauche, laisse supposer que
le bras droit d'Eros était levé et qu'il dérobait ainsi cette partie de la tête aux yeux du spectateur.
Nous devons admettre qu'Eros avait le corps nu, une attitude tranquille, une jambe légèrement
dégagée, le bras gauche pendant. Le bras droit levé tenait peut-être une couronne. La hauteur
totale de la figure mesurait environ un tiers de la grandeur naturelle.

Cette petite tête est une œuvre précieuse de l'art attique de la fin du Ve siècle. Les
yeux grands ouverts et les paupières aux contours raides suffisent à nous empêcher de la faire descendre
plus bas, jusque dans le IVe siècle. Nous ne sommes pas en état, faute de points de repère
précis, de replacer cette tête dans un courant déterminé parmi tous ceux qui régnaient dans la
plastique attique à la fin du Ve siècle. L'exécution n'est pas d'une finesse bien remarquable, mais
elle est réellement grecque par la fraîcheur et la vivacité. Les sillons de la râpe sont encore
visibles en plusieurs endroits de la surface.

Catalogue (1898) n° 54. — AtJienische Mitteilungen V, p. 40, note 1 (Furtwângler). Friederichs-
Wolters, n° 1304. Arclueologisclie Studien, Heinrich Brunn dargebraclit, p. 88 ss., pi. III (Furtwângler). Furt-
wângler, Meistenverke, p. 543, note 2; p. 679, note 3. — Le moulage en plâtre de cette tête est en vente
dans les Musées royaux de Berlin.

(1) Cf. Furtwângler, Meistcrweike, p. 679.
loading ...