Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 117
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0125
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile


PLANCHE 74.

Statue de jeune homme, restaurée en Hermès.

Autrefois dans la Villa Casali. Matz-Duhn 993. Parties modernes: la tête et le cou, l'avant-bras droit,
tout le bras gauche à partir du milieu du biceps, la verge et les testicules, les deux jambes à partir du genou,
le tronc d'arbre et la plinthe. En haut du bras gauche, sur l'épaule, il y a deux trous et diverses traces d'un
objet qui a été détaché. Hauteur, 1 m 70.

Ces trous et ces quelques traces que nous remarquons sur l'épaule gauche font penser
tout de suite à un caducée. Le restaurateur — dont tout le travail est d'ailleurs déplaisant,
tant il est douceâtre — peut donc bien avoir rencontré juste en faisant de ce torse un Hermès
et en lui mettant la bourse dans la main droite. Je ne connais point de répliques de cette figure,
Par lesquelles la question puisse être sûrement résolue. Furtwàngler(i) a déclaré que notre statue
n était qu'une reproduction du marbre du Vatican connu sous le nom d'Adonis de Centocelle{2)\
mais cette assertion est erronée. S'il existe quelque ressemblance entre les deux œuvres pour
la pose et le motif, l'exécution du détail, dans une partie aussi importante que le bassin et les
P'is de l'aine, y apparaît tout à fait différente: dans l'une, le bassin s'allonge en ellipse; dans
1 autre, il est encore carré, conformément aux modèles de Polyclète. Et une telle différence ne
peut pas s'expliquer simplement par la liberté et le caprice d'un copiste. De plus, la statue de
Copenhague ramène fortement en arrière la jambe droite, de sorte que la pointe du pied, seule,
touche le sol(3). Au contraire, l'Apollon de Centocelle écarte cette même jambe latéralement et
lait porter sur le sol toute la plante du pied. Enfin, les traces relevées sur l'épaule gauche ne
permettent guère d'identifier notre figure avec ce type d'Apollon, lequel tenait, croit-on, un arc
dans la main gauche. Il reste toujours, cependant, que nous avons ici la copie d'une œuvre
produite par la même école, peut-être par le même artiste, que l'Apollon de Centocelle. Furt-
Wangler a prétendu y reconnaître le style d'Euphranor de Corinthe.

Le travail des parties antiques de la statue Jacobsen est soigné, même par derrière.

Catalogue (1898), nn 289.

(1) Meistertverke, p. 587, note 3.

(2) Helbig, FiiArer*, I, 264.

(3) Cette partie est restaurée, il est vrai; mais, d'après les parties antiques subsistantes, la restauration est manifestement exacte.





117
loading ...