Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 118
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0126
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
PLANCHES 75 et 76.

Statue de Paris.

Fig. 65. Fig. 06.

Acquise à Rome. Le nez et les lèvres sont restaurés. Hauteur, 1 ra 18.

Contre l'épaule droite, par derrière, on voit les restes d'un tronc d'arbre, auquel le jeune
homme était adossé (cf. les figures 65 et 66, exécutées après la restauration récemment faite de
la statue). Un tenon sur la cuisse droite, par derrière, se rattachait autrefois à ce tronc, et pro-
bablement figurait un bout de branche. Le bras gauche du personnage était replié sur le dos ;
la main, qui semble avoir été vide, et l'attache du bras sont conservées. Le bras droit prenait
son appui sur l'arbre, comme le prouve le remontement de l'épaule droite. Les jambes devaient
être croisées. De tout cela résulte une attitude qui, réserve faite pour le croisement des jambes
et pour l'interversion dans le mouvement des épaules, ressemble extraordinairement à celle du
«Narcisse», un des derniers rejetons de l'école polyclétéenne (1). Certains détails de facture dans
la statue de Copenhague, par exemple les lignes du bassin, attestent également l'influence des

(1) Cf. Furtwangler, Meisierwerke, p. 483 sqq.

118
loading ...