Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 133
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0141
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Fig. 71

avec l'adjonction du bonnet barbare, et aussi à cause de l'endroit de la découverte, à savoir le
"iree, qu'il s'agit ici de la déesse Bendis, l'Artémis thrace, dont Platon, dans l'introduction de
Sa République (1), nous raconte les fêtes célébrées au Pirée. La divinité barbue, debout à côté de
rendis sur le bas-relief, n'est pas désignée dans l'inscription. Hartwig, ainsi que Trendelenburg,
°nt reconnu en elle Asclépios et expliqué le rapprochement des deux dieux par le voisinage de
eurs sanctuaires. Cependant on a récemment trouvé, également au Pirée, une inscription dans
Quelle un dieu Déloptès est nommé avec Bendis (2). Malheureusement cette inscription, qui est,
comme la nôtre, un décret en l'honneur d'un homme ayant bien mérité de l'association cultuelle,
ne nous apprend rien de plus sur la nature de cette divinité totalement inconnue. Elle reparaît
Sur un bas-relief votif de Samos (Athen. Mitt., XXV, 1900, p. 172, n° 48) avec cette inscription:
liQcoç ArjlÔTixrjç; d'après la description donnée, elle présente également le type d'Asclépios.
erdrizet [Revue des études anciennes, II, 1900, p. 267) explique ce nom par les visions que le
leu accorde à ses visiteurs croyants, tandis que Kazarow (Archiv fur Religionswissenschaft, XI,
P- 409; cf. aussi p. 573) voudrait plutôt l'interpréter comme venant du thrace. Toujours est-il
^e Déloptès était apparemment vénéré avec Bendis dans le sanctuaire de celle-ci: c'est lui que
nous devons reconnaître dans le personnage masculin de notre bas-relief. Si les deux figures
Principales sont ainsi étroitement unies par la communauté du culte, on peut démontrer pour les
ymphes également, que leur présence est due à un autre motif qu'un simple rapport de voi-
sinage. Dans l'inscription publiée par Wilhelm (l. I.), laquelle date du IIP siècle environ et règle
es cortèges de fête lors des Bendideia, il est fait mention d'un sanctuaire des Nymphes situé
Ur le chemin de la procession, et auprès duquel les participants à la fête devaient recevoir des
ponges, des cuvettes, de l'eau et des couronnes. Il y avait donc une raison directe tirée du culte
P°ur que l'auteur de notre bas-relief y représentât les Nymphes; et la où les Nymphes parais-
lent, Hermès et Pan ne pouvaient non plus manquer.

Le nom de l'archonte nous fournit la date de 329/28 pour le bas-relief.
La figure de Déloptès, comme nous l'avons déjà mentionné, est inspirée des types statuaires
Asclépios du IVe siècle; et le type de Bendis aussi a été formé directement sur le modèle d'une

"*V Bév&w

{.!) Sur le type de Bendis dans ses rapports avec celui d'Artémis, cf. Hartwig, op. /., surtout p. 8.

(2) Bull. corr. hell., XXIII, p. 370; Wilhelm, Oesttrr. Jahrcsh., I. I. Voici le passage en question de cette inscription: Tnç npbc,
"ai tov AnXàiutiv xoi toùç âMouç 9-eoùç eÙ0E|3e{aç é'vexa. Cf. Pauly -Wissowa, s. v. Deloptts (Cumont).

133
loading ...