Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 136
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0144
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
Fig. 73

PLANCHES 89—92.

Statue d'Héraclès, en bronze.

Hauteur, i,m28. Selon des indications dignes de foi,
la statue a été trouvée dans l'état suivant : « Le médius droit
manquait presque entièrement ( 1 ) ; de même un éclat circulaire
(environ 0,m025 de diamètre) à la face supérieure de l'avant-
bras droit; un éclat triangulaire (côté du triangle, env. 0,m03)
à la partie antérieure de la jambe droite immédiatement
sous le genou droit; le gros orteil droit; la plus grande partie
de la plante du pied gauche avec les premières phalanges
des deuxième, troisième et quatrième orteils. La main gauche
a été trouvée intacte, mias détachée du corps. On a aussi pu
rajuster une mince bande de bronze trouvée à côté de la
statue — et provenant apparemment d'une réparation antique
nécessitée par un défaut de la fonte — à une ouverture hori-
zontale qui s'étendait sur la face postérieure du mollet gauche
immédiatement sous le jarret. » L'œil gauche est moderne
(d'après une communication de M. Jacobsen). Le globe de l'oeil
droit est constitué par une matière blanche, dans laquelle est
insérée une pierre bleue. Il y a, autour des mamelons, un
cercle gravé de façon légère. Les bras et la tête, peut-être
aussi le bas des jambes, paraissent avoir été fondus à part.
De l'épaule droite à la hanche gauche, de même que sur le dos, on peut suivre le tracé de la bandoulière du
carquois, dont il subsiste encore des restes de bronze sur l'omoplate et la clavicule. D'après ses dimensions et la
couleur du bronze, on constate que la plinthe appartient à l'original, bien que la statue en ait été séparée. Cette
plinthe se compose d'une tablette carrée avec empattement, sur laquelle pose une deuxième tablette, ronde et
moulurée, qui supporte la statue. La face supérieure de la tablette carrée est décorée d'un ornement en spirale, avec
des étoiles à huit rayons dans les quatre coins (fig. 73). De nombreux défauts de la fonte ont été recouverts, dès
l'antiquité, selon un usage fréquent, par de petites pièces rapportées.

On a cru voir, d'abord, en cette statue un conducteur de char, et l'on pensait que les
doigts de la main gauche, contractés de façon si particulière, devaient tenir les rênes. Cependant
il n'y a aucun doute qu'il s'agit ici d'Héraclès. Dans la main gauche portée en avant il tenait son
arc et une flèche (2), qu'il serrait avec le médius. La droite abaissée devait tenir la peau de lion plutôt
que la massue. Le carquois était porté en bandoulière sur l'épaule droite. Le cercle dans les cheveux,
les favoris, les oreilles légèrement gonflées complètent l'image du jeune héros. L'œil antique
conservé nous apprend que les anciens lui attribuaient des yeux bleus.

Au point de vue du style, on arrive à assigner sa place à cette statue en la comparant à
Y Héraclès Lansdowne et à ses congénères (3). Elle se distingue de ce dernier, ainsi que des autres
représentations d'Héraclès dans ce groupe, par l'âge juvénile du héros; les proportions sont plus fines,
moins « héracléennes » que dans la statue de marbre. La pose des pieds, la direction du regard,
le mouvement du bras droit sont identiques. Seul l'attribut du bras gauche est différent. Le caractère
plus prononcé de juvénilité du bronze apparaît surtout dans la tête, qui diffère aussi, pour le
détail des traits, de celle de Y Héraclès Lansdowne. Nous devons chercher l'auteur de notre statue
dans l'école de Scopas. Peut-être même a-t-elle été faite d'après une œuvre du maître.

Mais quant à tenir ce bronze pour une œuvre originale, cela est sûrement impossible,

(1) Ce doit être là une erreur; il s'agit probablement du petit doigt, dont la plus grande partie manque encore aujourd'hui.

(2) Et non la massue, par exemple, comme XHéraclès Lansdowne. La position des doigts est caractéristique pour le port de l'arc
et de la flèche. Cf. Furtwangler, Mcistcrwerkc, p. 518, note 3.

(3) Cf. Furtwangler, Ibid., p. 515 sqq.
loading ...