Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 155
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0163
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
PLANCHE 108 (A et B).

Statuette d'Apollon citharède.

Provenant de la Grèce ; a fait partie de la collection Tyszkiewicz. Hauteur, om, 29. Partie neuve : la
plinthe en giallo antico. Marbre pentélique. Seulement dégrossie par derrière. Extrémités des boucles de cheveux
sur les épaules. A la hanche gauche, restes de la grande cithare qui était portée en bandoulière.

Cette statuette paraît être une répétition très simplifiée de XApollon de la Sala délie Muse,
trouvé en même temps que le groupe des Muses du Vatican. La ressemblance apparaîtrait encore
plus vivement, si la figure avait été penchée davantage en avant sur sa plinthe moderne. Le copiste
a ajouté, comme il arrive fréquemment, les boucles de cheveux sur les épaules. Furtwàngler
{Meisterwerke, p. 528; Berl. philol. Wochenschrift, 1896, p. 243) a séparé la figure du Vatican du
groupe des Muses et l'a attribuée à Scopas (1). Mais je ne vois pas de raison pour s'écarter de
l'opinion d'Amelung qui a rapporté Y Apollon ainsi que les Muses au groupe des Thespiades de
Praxitèle. L'exécution est très fine.

Catalogue (1907), n° 72. — S. Reinach, Répertoire stat., II, 1, p. 105, 9.

(1) L'identification avec XApollo Palatinus de Scopas n'est, en tout cas, point possible, puisque ce dernier gardait une attitude
immobile (cf. en dernier lieu Amelung, dans Ausonîat III, 1908, p. 94 sqq.).

155 20*
loading ...