Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 175
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0183
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
PLANCHE 126.

Statue d'homme en costume de femme.

Hauteur, 2m, 00. Provenant de la villa Borghèse à Rome. Autrefois à la villa Miollis-Aldobrandini au Quirinal
(A. Visconti, Indicaz. délie sculture e délia galleria de'' quadri délia Villa Miollis, Rome, 1814, pi. 6. Je n'ai pu me
procurer cet ouvrage). Sont refaits: la plinthe avec les deux pieds; parties du vêtement à la face postérieure du pied
droit, ainsi qu'une grande partie du long pli tuyauté qui va du pied droit au genou droit; les plis qui recouvrent le sexe;
l'avant-bras gauche entre le coude et la naissance de la main; le bras droit avec l'épaule et un grand morceau de la
partie droite du dos; la partie supérieure de l'épaule gauche. La tête ne s'ajuste sur le corps que par l'intermédiaire
d'un morceau de cou qui a été rapporté. Cette tête est-elle antique? Je ne partage pas à ce sujet l'avis de M. Jacobsen,
qui, d'accord avec Gerhard-Panofka (endroit cité ci-dessous), en affirme nettement l'authenticité, tandis que moi, lors
du dernier examen que j'ai fait de la statue, je n'ai vu en cette tête que l'œuvre d'un habile imitateur; et telle est aussi
l'opinion de Sieveking (endroit cité ci-dessous). Il ne m'est malheureusement pas possible, pour le moment, de me
livrer à un nouvel examen matériel.

Cette statue passe généralement pour une représentation d'Héraclès sous les vêtements d'Omphale.
Cependant, comme il n'y a pas trace d'une deuxième figure, et que l'authenticité de la tête de la statue est
douteuse, on ne peut tenir cette interprétation pour certaine. On pourrait songer, par exemple, à une figura-
tion d'Aphroditos, divinité chypriote qui, sous l'aspect d'un homme barbu, avec les parties sexuelles d'un
homme, mais portant un vêtement de femme, était l'objet d'un culte très répandu en Asie Mineure (1).
D'après le caractère du vêtement, l'œuvre date de la période hellénistique; on peut en rapprocher,
pour comparaison, la statue dite Flora Farnèse, ou telle statue comme celle de Berlin n° 497, qui est
apparentée aux œuvres de Philiscos.

L'exécution est de médiocre qualité.

Catalogue (1907), n° 266. — E. Braun, Ruinen und Museen Roms, p. 540, n° 12; Clarac, 802 E, 1995 A;
Gerhard et Panofka, Neapels antikc Bildwerke, p. 25, note; Otto Jahn, sàchs. Berichte, 1855, p. 228; Sieveking, dans
Roscher, Mythol. Lexikon, s. v. Omphale, col. 890 et fig. 3.

(1) C'est sans doute d'une de ces statues d'Aphroditos que provient la tête publiée dans les Griech. und rbm. Portraits, 509 et 510. Outre
la réplique de la villa Albani mentionnée dans cette publication, j'en connais encore trois exemplaires : 1° dans la Glyptothèque Ny-Carlsberg, récente
acquisition, provenant de Rome; 2° autrefois dans la collection Somzée, en giallo antico (antiquité suspecte) ; 3 ° Venise, Palazzo Bussetto, 2530, Ponte
Briati o dei Martini, Fondamenta Briati, Parrocchia delP Angelo Raffaele, vis-à-vis du Collège Arménien Moorat-Raphaël, au fronton de la maison, à droite.

175 23*
loading ...