Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 182
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0190
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
PLANCHES 130 et 131.

Tête barbue.

Hauteur, om, 31. Marbre à grain très gros. Sont refaits: le nez, une partie de la lèvre supérieure; au côté
droit du front, grande pièce comprenant le bord supérieur de l'orbite; quelques menus détails des favoris et des
cheveux. La tête provient d'une statue. La pose qu'on lui a donnée actuellement est juste, comme le prouve la
tension du muscle du cou à gauche. L'oreille droite est gonflée; la gauche manque par suite d'une cassure.

Fig. m

Fig. 112

M. Sieveking m'a exprimé verbalement l'opinion que cette tête, une des meilleures œuvres de
la Glyptothèque, serait une réplique de celle des Uffizi (Diitschke, 422 = Amelung n° 128; ici fig. 111
et 112) publiée par moi dans les Griech. undr'ôm. Portraits, 341/42 et par Miss Katharine A. Me Dowall
dans le Journal of hell. Studies, XXIV, 1904, pi. IV, p. 93 sqq. A en juger d'après les photographies,
je suis obligé d'émettre un doute à ce sujet, car l'allure des boucles delà barbe et des cheveux présente
des différences essentielles en plusieurs endroits. Il est vrai que la qualité et l'exécution des copies
diffèrent tellement que cette question ne saurait être résolue avec certitude avant la mise au
jour de nouveaux exemplaires. En attendant, pour aider à la recherche, il est très désirable qu'on ex-
écute un moulage de la tête de Florence (c'est chose déjà faite pour la tête Jacobsen). Ce qui plaide
en faveur de l'hypothèse de Sieveking, c'est surtout que les deux têtes offrent un exemple de la mode,
si rare, du menton rasé. Malheureusement, on ne peut pas utiliser ce trait pour dater d'une manière
sûre l'original; car il est clair que cette mode ne fut pas restreinte à une époque déterminée, mais
qu'elle dépendait du caprice individuel: d'une part, on la trouve dans les types dits Alcibiade {Por-
traits, 467—70) et dans la tête de nègre de Cyrène (ibid., 41/42), qui appartiennent au IVe siècle, et
d'autre part, on la trouve aussi sur les monnaies de Philippe V et de Persée de Macédoine, à la fin
du IIP siècle et au commencement du IIe siècle av. J.-Chr. La tête Jacobsen est d'une date intermé-
diaire entre les deux extrêmes que nous venons d'indiquer; Furtwàngler {Meisterwerke, p. 597, note 3)
l'a rangée avec raison parmi les œuvres de Lysippe.

182
loading ...