Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 189
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0197
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
PLANCHE 137 (à gauche).

Statuette de petit garçon.

Hauteur, ora,46. La pointe du nez est refaite. La verge était rapportée. Parties manquantes : le bras droit,
qui était levé, le bras gauche, toute la jambe droite, le bas de la jambe gauche, la partie antérieure de l'amphore. Sur le
côté extérieur de la cuisse gauche, en haut, reste d'un grand tenon dirigé vers l'arrière; plus bas, au jarret, un
petit puntello. Pas de traces d'ailes. L'amphore est percée dans le sens de la longueur ; cette figure était donc une
statuette fontaine.

Cette statue a l'air d'être un pendant du type bien connu par de nombreuses copies (il y en a
une excellente à la Glyptothèque Ny-Carlsberg, sous le n° 169), qui représente un petit garçon portant
une urne sur l'épaule gauche. Ce type existe avec ou sans ailes; il représentait probablement
à l'origine Éros. D'autre part, le baudrier de carquois, sur le torse que nous publions ici, ferait
supposer que le second type représentait aussi originairement Éros; mais, ainsi que nous l'avons dit,
il n'y a aucune trace d'ailes dans cet exemplaire. Les cheveux étaient ramassés sur le front en un nœud,
comme chez l'Enfant à l'oie, à l'époque duquel appartient également le prototype de notre statue. Je
ne connais pas d'autres copies de ce type. L'exécution est jolie.

Catalogue (1907), n° 170.

PLANCHE 137 (adroite).

Statuette d'Éros.

Provenant d'Athènes. Hauteur, om,6^. Sont refaits: le nez, la lèvre supérieure, pièces à la lèvre inférieure et
au menton.

Éros était représenté en lutte avec un animal. Le bras droit levé brandissait le lagobolon,
duquel il subsiste des restes à l'occiput et sur la face interne de l'aile droite. Une trace de contact de
l'animal subsiste sur le devant de la cuisse gauche. Un tenon, dont un reste est conservé derrière la
cuisse droite, rejoignait sans doute le tronc d'arbre servant d'appui à la figure. La main gauche d'Éros
écartait probablement l'animal. Joli travail, un peu dépourvu d'expression, d'après un original provenant
du cercle de Boéthos.

Catalogue (1907), n° 183.
loading ...