Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 192
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0200
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
PLANCHE 139 (adroite).

Fragment d'un symplegma de Silène et d'un Hermaphrodite.

fig. n6

Hauteur, Om, 41. La tête de l'Hermaphrodite, exécutée à part, était fixée au moyen d'-un goujon en métal;
la surface de contact présentait une coupe unie.

Ce fragment est une reproduction du
symplegma bien connu de Silène et l'Hermaphro-
dite, dont Paul Herrmann a réuni en dernier lieu
les répliques dans le Myth. Lexikon de Roscher,
s. v. Hermaphroditos, col. 2337 sqq. (1) Les
images ci-contre d'un exemplaire de Dresde (ici
figg. 116 à 120) (2), récemment restauré à nou-
veau, nous montrent comment le fragment Jacob-
sen doit être complété. Le vieux et lubrique
Silène, pour qui homme ou femme sont désor-
mais sans charmes, a tenté de cueillir ce fruit
rare, l'androgyne. Cependant, il n'est pas exaucé
par l'objet de ses désirs. Assis sur un rocher, il
avait sans doute badiné avec l'Hermaphrodite et
l'avait pris entre ses genoux, de façon inno-
cente en apparence. Mais l'Hermaphrodite, quand il discerne les vrais desseins de son paternel
ami, prend tout d'abord une attitude de refus: il repousse de la main gauche le visage de l'indiscret
amoureux, qui ainsi tombe du siège en arrière, et il cherche à se délivrer, avec la main droite, de
l'enlacement des jambes du vieil homme. Les traits riants de son visage annoncent, il est vrai, que cette
résistance n'est pas trop sérieuse.

Si l'on doit convenir que le sujet de ce groupe n'est point particulièrement attirant, en revanche
l'art magistral qui s'y manifeste est digne de la plus haute admiration. L'opposition entre le corps mol
de l'Hermaphrodite et la sèche musculature de l'homme des bois, l'entrelacement des membres à la fois
savant et simple, le contraste entre Silène qui tombe et son adversaire à qui il se cramponne, cette
fixation d'un fugitif mouvement qui ne dure qu'un instant: tout cela est d'un très grand artiste.

La lascivité même d'un tel sujet invite à attribuer le groupe à l'époque hellénistique avancée;
M. Klein (Kunstgeschichte, III. p. 172 sqq.) a établi une relation entre cet ouvrage et la famille d'artistes
du nom de Polyclôs au IIe siècle avant J.-Chr.
Cependant les formes de la tête de XHermaphro-
dite de Dresde ne semblent pas s'accorder avec
une date aussi tardive; la forme arrondie du front
et les cheveux simplement peignés sur le côté
évoquent le souvenir de têtes comme celle qui
est placée sur la grande figure drapée, de style
pergaménien, au Capitole, Stanza del Gladiatore
(Einzelaufnahmen, 470—471), tête que l'on a

(1) Il faut y ajouter les exemplaires de Toulouse (Reinach,
Répertoire stat., III, p. 40, 1) et de Venise (Dutschke 233), et les restes
de deux exemplaires de XOrto botanico à Rome, à l'un desquels appar-
tient probablement la tête représentée à la fig. 121.

(2) Nous devons l'autorisation de les publier à l'obligeance
de G. Treu. Cf. Hettner4, p. 104, n° 193. fig. 117
loading ...