Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 195
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0203
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
celle du marbre Jacobsen est celle du Satyre qui se renverse en arrière en faisant claquer ses doigts (i).
De plus, le sujet même, à savoir le combat entre Géants et êtres divins, était fort en faveur à Per-
game en ce temps-là, comme nous le savons par l'ex-voto d'Attale à Athènes.

Le travail du marbre de Copenhague est, il est vrai, sommaire, mais d'exécution sûre; cepen-
dant, en raison de la facture très grossière des poils du pubis, je ne voudrais pas y voir un original.

Catalogue (1907), n° 486.
Pergamos, 1899, p. 117 sqq.

S. Reinach Rép. stat., III, p. 39, 2; Collignon, Pergame, p. 215 sqq.; Ussing,

(1) Clarac, 719, 1720.

liy. 123

Tigresse en bronze.

Longueur, om,i2. Provenant d'Egypte. La queue était rapportée.

Bien que les tétines ne soient pas très nettement marquées, il ne peut cependant y avoir de doute
sur le sexe de l'animal, ne fût-ce qu'à cause de l'expression de la tête. Dans la peau, de longues rayures
d'un métal plus clair (sans doute du cuivre) ont été incrustées: il s'agit donc manifestement d'une femelle
de tigre royal. Les yeux sont rapportés et faits d'un métal plus clair, de couleur jaunâtre. Ce bronze
est un travail original, extrêmement fin, de l'époque hellénistique.

Catalogue (1907), p. 331, n° 1. La figure n'a pas été reproduite dans le catalogue illustré.

195
loading ...