Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 196
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0204
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
PLANCHE 140 (à droite).

Statuette de Satyre.

Hauteur, o'",445. Aucune restauration.

Bien qu'on n'y constate ni queue au bas du dos ni oreilles pointues, cette figure est cependant
caractérisée comme celle d'un Satyre par l'expression du visage ainsi que par la peau de panthère,
dont on voit la tête au-dessous de la main droite qui repose sur l'épaule droite. La peau de panthère
est enroulée autour de la masse que le Satyre porte sur les épaules. Cette masse, dont la tranche
supérieure est lisse, devait supporter une vasque de fontaine; elle est percée d'un large trou perpen-
diculaire: il s'agit donc d'une statuette fontaine. La figure a été fortement corrodée par l'eau s'écoulant
vers le bas; l'avant-bras gauche est tout à fait rongé.

Ce motif du jeune garçon qui, accroupi sur le sol, a relevé la jambe droite jusqu'à la hauteur
de la poitrine et a glissé la jambe gauche par-dessous, se rencontre déjà au Ve siècle: comparer, par
exemple, outre les pierres gravées bien connues, l'applique d'un vase de bronze, à Vienne (R. von
Schneider, Album, pi. 37, 5), représentant un petit esclave nègre. A l'époque hellénistique, ce motif se
répand beaucoup et il continue à être tout particulièrement employé pour figurer des esclaves (cf. R.
von Schneider, dans le Jahrbuch des Allerh'ochsten Kaiserhauses, III, p. 3 sqq., et S. Reinach, Réper-
toire stat., III, p. 158, 8 et 10). L'exemple le plus connu pour cette époque est l'admirable bronze
d'Alexandrie: Athen. Mitt., 1885, pi. XI, 2 = S. Reinach, Répertoire stat., II, 2, p. 562, 4. Les
représentations de ce genre étaient particulièrement en faveur dans le milieu artistique d'Alexandrie.
C'est sans doute aussi dans cette école qu'a été créé l'original d'où dérive la statuette de Copenhague
qui est un travail de l'époque romaine, d'un agréable effet décoratif.

Catalogue (1907), ^485. — S. Reinach, Répertoire Stat., II, 1, p. 145, 5.

196
loading ...