Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 205
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0213
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
Bas-relief à deux faces, avec masques.

Longueur, o"\ 335; hauteur, o"1, 225.

Sur l'une des faces (A), les figures sont exécutées en haut relief sur l'autre (B), en bas relief.

A. (fig. 124). A gauche, masque barbu à l'expression irritée; au-dessous, branche ou bâton
noueux. A droite, masque juvénile avec couronne en tortis posée sur le front; a i-dessous, une torche.
Les deux masques sont contre un fond rocheux. Sous leur occiput, un voile. Leur bouche est ouverte.

B. (fig. 1 25). Ces deux têtes ne sont pas proprement traitées comme des masques, puisque leur
bouche est fermée. A gauche, tête de Ménade-, au-dessous, un tympanon. A droite, tête de Pan avec
les oreilles pointues et les cornes sur le front. Toutes deux sont également contre un fond rocheux.

L'emploi qu'on faisait de pareils reliefs nous a été révélé surtout par des trouvailles faites
à Pompéi (voir notamment les morceaux de la «Casa degli Amorini dorati » : Not. d. scavi, 1907,
p. 568 sqq.): posés sur des pilastres, autour desquels on pouvait tourner, ils servaient à orner les
péristyles.

L'origine de cette coutume remonte aux offrandes votives des acteurs victorieux, qui consa-
craient à la divinité leur « instrument de travail » (cf. Reisch, Griechische Weihgeschenke, p. 62 et
144 sqq.). Sur un relief funéraire de type grec tardif, du milieu du Ier siècle après J.-Chr., qui se
trouve à Vérone (Diitschke, 4i8)(i), on voit, derrière la figure d'un jeune homme, une tablette
avec deux masques posée sur un haut pilastre : manifestement, ce ne sont pas là des masques réels
mais leur imitation plastique.

Le relief Jacobsen appartient encore, d'après l'exécution, à la bonne époque impériale.

Catalogue (1907), n° 384.

(1) Je suis redevable de ces rapprochements à M.M. P. Wolters et G. Lippold.

fig. 125

205
loading ...