Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 213
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0221
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
PLANCHE 152.

Sarcophage romain.

Trouvé dans un tombeau de la Via Appia. Autrefois à la Villa Casali à Rome. Hauteur (sans le couvercle),
Om, 69; longueur, 2m, 17 ; profondeur, om, 82. Hauteur du couvercle, om, 31. Intact. Marbre gris clair.

Le milieu de la face principale est occupé par un rocher, d'où s'élève, à droite et à gauche,
un vigoureux cep de vigne. Les grappes sont distribuées tout le long de la scène, à la partie supérieure.
Sur le rocher sont assis, se regardant l'un l'autre, à gauche Dionysos et à droite Ariadne. Le dieu
s'appuie de la main gauche sur son thyrse; de la droite il tend une coupe à une panthère femelle
couchée sur le rocher. Un manteau léger lui recouvre le bas du corps par devant, en laissant le sexe
à découvert, et remonte par derrière pour venir retomber sur le bras gauche. Une couronne de vigne et de
lierre orne ses cheveux. Ariadne est entièrement enveloppée de sa draperie, laquelle est aussi ramenée sur
l'arrière de la tête. De la main droite elle tient un canthare; la gauche s'appuie sur un tympanon posé
de champ. Devant le rocher, Pan, vaincu à la lutte (1), est emmené vers la droite par deux Eros, les mains
liées derrière le dos. Le premier Eros porte dans la main gauche la palme de la victoire, tandis que
le deuxième pousse le prisonnier, et comme celui-ci se rebiffe, le menace d'un strigile levé. Enfin
vient Silène, qui, pour la taille, n'est pas beaucoup plus grand que les Eros; il a des chaussures aux
pieds, un vêtement noué autour des hanches; il tient à la main gauche un bâton noueux, et dans la droite
une palme.

C'est cette scène en avant du rocher qui retient l'attention des compagnons de Dionysos. A
gauche, d'abord, Hernies, avec ses ailes dans les cheveux, le pétase rejeté sur le dos, le caducée et la
chlamyde; il s'accoude au cep de vigne. Contre lui s'appuie, à son tour, une Bacchante drapée, couronnée
de lierre. Après la Bacchante vient un Satyre, dans la pose de XAposkopeuôn. De l'autre côté, à droite
d'Ariadne, se tient un second Satyre, portant un lagobolon. Derrière lui, une seconde Bacchante, le
thyrse dans la main droite, la gauche reposant sur un pilier où est figuré, en haut relief, un Dionysos
jeune avec son thyrse, la main droite posée sur la tête.

A chaque extrémité se trouve un Dionysos barbu, avec longue robe et nébride ; de la main qui est
vers le dehors de la scène, il s'appuie sur son thyrse, et de l'autre main il tient un tympanon. Il a une
coiffure en forme de modius sur sa tête couronnée de lierre et de grappes de raisin (2).

Les intervalles sont remplis par des êtres et ustensiles bachiques. Devant Ariadne est assis sur
le rocher un petit Satyreau à oreilles pointues, qui devait jouer de la flûte (3). Tout en bas, une chèvre;
à gauche de celle-ci, une panthère regardant vers le haut. Entre les pieds de Pan, il y aune corbeille d'où
s'épanche du sable : façon de rappeler la palestre. Entre le deuxième Eros et Silène, se trouve la ciste
(cista mystica) d'où s'échappe le serpent. Enfin, entre Dionysos et Hermès, le van (vannus mystica)
avec un linge voilant le phallus, et auprès du van, un serpent.

La face latérale de gauche est vide (4). Sur celle de droite (ici, fig. 128), Eros saisit une pan-
thère par la tête; derrière lui, masque de Silène sur un pilastre. Le travail est ici beaucoup plus
grossier que sur la face principale.

(1) Sur la lutte de Pan et d'Éros, que l'on rencontre également sur les sarcophages romains, voir, comme dernière étude, Wernicke dans
Roscher, Lexikon, s. v. Pan III, col. 1457 sqq.

(2) L'emploi de ces figures d'extrémité, symétriquement posées à la façon des Caryatides (de celles-ci dérive également la coiffure en forme
de modius, destinée primitivement à porter l'architrave), provient des sarcophages grecs qui imitent les formes de l'architecture (cf. Altmann, Archi-
tectur und Ornamcntik der antiken Sarkophage, p. 88 sqq.). On trouve parfois utilisés à cette place des types statuaires (cf. Mon. Piot, X, (1903)
p. 16, fig. 4 ; Amelung, Catalogue du Vatican, II, Gai. d. statue, 2G5). Les figures de Dionysos du sarcophage Casali ont été composées d'après des
types du temps de Képhisodote.

(3) Cf. un sarcophage au Latéran (Phot. Alinari 6395).

(4) Cf. pi. 150, note 5.
loading ...