Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 218
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0226
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
PLANCHE 154.

Sarcophage romain avec scène de chasse.

Trouvé à Rome, Vigna Casali. Hauteur, Onl,93; longueur, 2m,io. Restaurations: seulement la pointe de
la lance de Virtus.

Sur la face antérieure est représenté le défunt chassant le lion. Son vêtement consiste en
une tunique serrée et relevée par une ceinture, puis un manteau, des pantalons et des chaussures.
11 porte, passé dans la ceinture, à gauche, un glaive dont la poignée se termine par une tête d'aigle.
Tenant de la main gauche les rênes de son cheval, dont le dos est couvert d'une peau de lion,
en guise de housse, il s'est élancé contre le lion, qui s'élançait aussi venant de la droite, et que
deux chiens de chasse attaquent également. Il vient de lui jeter, de la main droite levée, son
javelot de chasse en plein poitrail; la pointe en ressort au flanc du fauve. Derrière le chasseur,
s'avance Virhis, casque en tête, le javelot dans la main droite, et saisissant de la main gauche
la poignée de son glaive. Après Virtus viennent deux chasseurs (des esclaves); le premier tient en
laisse de la main droite un chien de chasse et, de la main gauche, il porte sur son épaule une
hache ; le deuxième tient des deux mains son javelot de chasse. La tête d'un autre chasseur
apparaît à côté de celle du défunt à l'arrière-plan. En avant de ce dernier, un chasseur à cheval
va vers la droite. Enfin, à l'extrémité droite, il y a encore un autre chasseur, à pied, armé du bouclier oval
et du javelot. Tous les chasseurs, à l'exception du défunt, ont les cheveux en désordre et hérissés.
Les espaces vides sont remplis d'animaux qui fuient, qui tombent ou sont déjà tombés : au-dessus
du lion, un cerf et un sanglier; sous lui, un aurochs; plus à gauche deux chevreuils et un sanglier.
A l'extrémité gauche, en haut, Sylvanus est assis sur un rocher, tenant une branche de chêne contre
son bras droit. Au-dessous, un aigle déchire un lièvre. En bas, sur le sol, un petit lièvre, avec
grappe de raisin.

Sur les faces latérales: à droite, deux griffons, des deux côtés d'un pilier; à gauche, arbre
et griffon.

D'après le type de la tête du défunt, laquelle est un portrait, avec ses cheveux et sa barbe
coupés très court et les pupilles indiquées (1), ce sarcophage appartient au milieu du IIIe siècle.
Ce genre de composition était alors en faveur; mais les détails en sont variables. Entre les monuments
qui se rapprochent le plus de notre sarcophage, nous citerons les deux suivants: Clarac, 151,
423 (Louvre), et Galleria Giustiniani, 136 (Matz-Duhn, 2952). Dans ceux-là, on a représenté un
chasseur tombé devant le lion, ce qui est certainement le motif original, car ce détail reparaît
presque partout. Ailleurs, on trouve souvent un sanglier au lieu du lion (2): figuration qui se rencontre
aussi aux sarcophages représentant la légende d'Hippolyte (3) et qui est dérivée des reliefs funé-
iaires au «cavalier thrace» (4). La création du prototype appartient à l'époque romaine, ainsi que
le prouve le personnage de Virtus. L'exécution du sarcophage Jacobsen est minutieuse et soignée,
mais, comme on doit s'y attendre pour cette époque, dure et lourde. GEORG LIPPOLD.

Catalogue (1907), n° 786. — Bull, dell'ht., 1873, p. 21 ; Matz-Duhn, 2948.

(i) La ressemblance qu'on a voulu y voir avec les portraits de l'empereur Balbinus n'est pas suffisamment marquée.

(2) Un exemplaire de ce type est entré dernièrement à la (llyptothèque (invent. 2347).

(3) Cf. Robert, Sarkophagreliefs, III, 2, p. 171.

(4) Le plus ancien exemple, datant du Ve siècle a. J.-Chr., est le relief de Pomana ( Journal of Hell. Stud. XXVI. pi. VI, p. 2Ôf).

218
loading ...