Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 21a
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0253
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
h) Fragment du haut d'une cuisse, avec la fesse, provenant d'une figure tournée à droite.
Lambrequins.

i) Jambe avec jambière.

k) Cuisse avec genou et reste de jambière.
I) Pied droit tourné à droite.
m) Pied droit tourné à gauche.

II. Cavalier. Provenance: Cervetri. Catalogue (1898): H. 40. — PI. 172.

Hauteur, o,m 715 environ. Base en marbre peint, qui n'appartient pas à la figure. Pour les
dimensions, et aussi pour la nature de l'argile, cette figure correspond aux autres figures de guerriers,
qu'elle rappelle également par le style de la tête. Restaurations: une grande partie du casque avec
le panache; le tronc jusqu'aux hanches, à l'exception du bras droit; les jambes des chevaux, excepté
les sabots; les queues des chevaux ; les supports au revers. Les couleurs primitives ont été presque
entièrement recouvertes de rouge mat, de jaune et de noir. — Un cavalier semblable se trouve sur
un rampant de fronton, au Museo archcologico de Florence; il ne m'a été permis d'en prendre ni
dessin ni photographie.

IH. Cymaise de fronton avec dessus grillagé. Provenance: Cervetri. Catalogue (1 898): H. no
et 11 1. — PL 173.

Hauteur totale, i,moÔ5; hauteur de la cymaise, o,'"53; du grillage, o,m555; largeur, o,m78.
Les proportions sont voisines de celles du temple d'Alatri (cymaise, o,m55; grillage o,m45). Argile
claire, presque verdâtre, parsemée de petites parcelles de pierre noires et scintillantes. Sur le tore
d'en bas, restes de couleur rouge; de même, sur le tore plus petit, au dessus. Rouges également
la gueule, les yeux, les oreilles, la crête, les nageoires et la queue du monstre marin (corps restauré
pour la plus grande partie). Les moulures verticales (quelques-unes restaurées à l'extrémité supérieure)
étaient blanches, et l'intervalle entre elles alternativement noir, blanc et rouge. Rouge aussi, la bande
supérieure de la cymaise. — Le gros tore d'en bas est creux (cf. les fragments de Berlin). Sur le
bord à gauche, une languette s'emboîtait dans la tuile suivante: la pièce était donc inclinée de
droite à gauche ; inversement, à l'extrémité droite, on constate une entaille pour la languette de
la tuile qui venait s'emboîter d'en dessus.

La rainure du bord supérieur, destinée à l'encastrement du grillage, se retrouve exactement
sur un fragment de Berlin, haut de o,m50, puis sur des débris du temple d'Alatri, qui offrent aussi
certaines analogies pour l'ornementation, enfin sur quelques fragments au Palais des Conservateurs
et dans les morceaux nos 293—300, 197, 201, 205 du Museo Gregoriano. Ce ne sont jamais que
des cymaises de fronton qui offrent cette particularité.

Pour la bande de moulures verticales, ornement très répandu en Ftrurie, cf. aussi la cymaise de la
façade du tombeau de Norchia, où l'on constate d'autre part un fort mélange d'éléments helléniques (4).

Les monstres marins sont un motif de décoration très fréquent enEtrurie; à Chiusi spécialement,
c'est le plus usité pour les urnes funéraires (5).

Le grillage, comme la cymaise, présente sur les deux côtés des points d'assemblage. Il
se compose d'une dizaine de morceaux rajustés les uns aux autres, avec seulement quelques
restaurations de détail. L'épaisseur varie entre o,mc>3 et o,m027. Restes de couleur rouge sur
quelques-uns des rubans en demi-cercle, au centre des cercles, sur les palmettes; fond des

(4) Cf. Durm, Et/:, p. 55.

(5) Cf. aussi l'urne de Florence n° 132 (Inghirami, Mon. Etr., 5, I, pi. 6), avec une femme chevauchant le monstre. D'après ce
monument, il y aurait lieu de rajouter des nageoires au poitrail dans l'exemplaire Jacobsen. — Cf. encore l'urne n° 437 à Florence (deux
animaux ailés); Orvieto, Musée Faïna: applique en bronze, et aussi intérieur de la coupe à figures rouges n° 164. D'Orvieto encore, le fragment
de cymaise n° 7561, à Berlin. Cf. enfin la belle situla en bronze, à Florence, « Retour d'IIéphœstos dans l'Olympe » (Ileydemann, ///. Hallisches
Winckelmannsprogramm, 1879, pi. IV, 3, en bas).
loading ...