Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 34a
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0269
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
le portent de façon que la masse principale tombe par devant, et les deux pointes par derrière :
c'est là une mode de costume, qui est fréquente dans les anciens monuments étrusques, mais
dont on ne peut, à ma connaissance, citer d'exemple en Grèce. En outre, les femmes se distinguent
des hommes — un seul homme (c) est barbu — en ce qu'elles portent les cheveux serrés et cachés
par un bonnet ou un mouchoir de tête, tandis que la chevelure des hommes retombe librement
sur la nuque. Enfin, les femm' s ont des boucles d'oreille, que les hommes n'ont pas.

Le travail de ces reliefs n'est pas très fin; il était primitivement précisé à l'aide de la
couleur. Le style est à la limite de l'archaïsme; il correspond à peu près à celui des vases attiques
à figures rouges de style sévère.

Catalogue (1898), p. 329, H. 59

:u
loading ...