Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 53a
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0288
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
PLANCHE 196.

Groupe d'un Égyptien et d'une Égyptienne.

Hauteur i,m 10. Pierre dure noire. Achetée à Paris en 1890 à la vente Raymond Sabatier. Conservation
parfaite. Travail excellent.

Les deux personnages sont assis sur un même siège. Les légendes hiéroglyphiques des deux
côtés du siège, ainsi que celles du devant du monument, nous apprennent que l'homme portait
un nom qu'on lit ordinairement Ahmes ou Aah-mes. La femme assise à sa gauche est d'après les
inscriptions sa mère; elle portait le nom de Bekt-râ ou Bakit-râ.

L'homme est enveloppé d'une espèce de grand manteau, croisé sur la poitrine, et qui ne
laisse voir que les deux mains. La gauche est étendue sur la poitrine, la droite, qui est fermée,
repose sur le ventre. Le personnage qui n'a pas de barbe, a la tête couverte d'une perruque
ornée de rayures descendant jusqu'aux épaules, en laissant voir le lobe inférieur de l'oreille. La femme
porte la robe étroite qui va jusqu'aux chevilles, et qui a été portée à toutes les époques par les
femmes égyptiennes. Sa tête est couverte d'une perruque très-longue qui cache les oreilles et qui
descend jusque sur les épaules et la poitrine. Sa main gauche repose sur son genou droit, sa droite
a été placée derrière l'épaule droite de son fils.

On lit, outre trois colonnes d'inscriptions sculptées sur le devant du monument, sept lignes
verticales d'hiéroglyphes sur chacun des deux côtés du siège. Ces inscriptions sont adressées
à droite à Amon, le dieu principal de Thèbes, et à gauche aux grandes divinités de la région des
morts, Horos, Osiris et Hathor. Elles nous apprennent que l'homme était deuxième prophète
d'Amon et qu'il portait un titre honorifique très élevé, que les égyptologues rendent souvent par
«Comte» ou «Excellence». Mais du reste, aucune de ces inscriptions ne nous fournit des ren-
seignements sur l'époque à laquelle il vivait.

11 faut donc, pour déterminer la date de notre groupe, chercher d'autres moyens. On peut, par
des études comparatives, préciser l'époque à laquelle les noms et les costumes portés par nos
personnages ont été en usage fréquent en Egypte.

Quant au nom d'Ahmes on peut constater par l'étude des monuments, qu'il existe sous le
roi Ahmes, appelé Amasis par les Grecs (qui mourut en l'an 525 avant notre ère), sous la domi-
nation des rois Perses et même sous les Ptolémées. Aussi, se fondant sur ce fait, le savant rédacteur
du catalogue de la collection Sabatier a-t-il attribué notre groupe à l'époque Saïte, et tous
ceux qui ont parlé du monument plus tard, ont été du même avis. Cependant un coup d'œil
jeté sur la perruque portée par notre Ahmes, suffit à démontrer que le groupe remonte à une
époque plus ancienne, à la XVIIIe dynastie. On voit dans beaucoup de musées des statuettes et des
groupes de deux personnages où les hommes portent exactement la même perruque que notre
Ahmes. Ces groupes remontent tous à la XVIIIe dynastie. Pour l'un de ces groupes (qui se
trouve à Berlin No. 2289) cela peut même être prouvé d'une manière indiscutable: le nom d'Amon
est martelé sur ce petit monument, ce qui prouve qu'il est antérieur au règne du roi Aménophis
ou Aménothès IV. Le groupe de Copenhague remonterait donc à la XVIIIe dynastie. La présence
du nom d'Ahmes ne fait aucune difficulté; le nom était assez fréquent sous la XVIIIe dynastie,
dont le fondateur se nommait justement Ahmes (appelé Amosis par les Grecs).

Catalogue (1899): A. 138. Catalogue de la collection Sabatier p. 1—2, n° 2, (avec planche); G. Legrain,
Textes recueillis dans quelques collections particulières dans le Recueil de Travaux relatifs a la Philologie et l'Archéo-
logie Égyptienne et Assyrienne, vol. XIV, p. 54—55 (Paris 1892); Vald. SCHMIDT dans le Journal Danmark,
p. 60 (Copenhague 1903).

53
loading ...