Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 55a
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0290
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
PLANCHE 198.

Statuette d'un Dieu Égyptien.

Hauteur o,m 67. Bronze. Autrefois dans la collection de M. Gustave Posno, ensuite dans celle de M. Hoff-
mann à Paris. Bon travail.

La statuette, représente une divinité égyptienne à corps humain et à tête d'animal comme
cela a lieu souvent pour les divinités de l'ancienne Egypte. Le dieu est debout, marchant en avant,
le bras droit levé pour frapper. La tête du dieu est coiffée de la double couronne appelée le
pschent, laquelle symbolise le pouvoir absolu sur l'Egypte ou plutôt sur le monde entier. Une espèce
de pagne, drapé d'une façon particulière et orné de lamelles d'argent, couvre les reins. Le torse
et les jambes sont nus. La tête porte une paire de cornes de bélier, qui ne sont pas en bronze
battu comme le reste de la statue; elles sont au contraire coulées comme la plupart des objets de
bronze fabriqués en Egypte dans les derniers siècles de son indépendance nationale. Elles sont de
plus retenues par un simple rivet et ne peuvent donc guère avoir été faites lors de la fabrication de
la statuette; elles proviennent sans doute d'une restauration postérieure. En observant minutieusement
le pschent porté par le dieu, on aperçoit une rainure anguleuse placée exactement au-dessus de
l'endroit où se trouvent ordinairement des oreilles. Celles-ci ont actuellement disparu, mais on
en voit encore des traces; il est clair que la tête primitivement, a été munie d'oreilles droites assez
longues qui ont passé par les deux rainures anguleuses qu'on observe sur le pschent. À un moment
donné elles doivent avoir été brisées et enlevées.

Le profil de la tête de notre statuette n'est pas celui d'un bélier; le museau est long et
mince, les narines petites, le menton pour ainsi dire nul et sans barbe. Les têtes des béliers
égyptiens sont toujours bien différentes.

La tête qui figure sur notre statuette, n'est du reste pas inconnue sur les monuments de
l'ancienne Egypte; c'est la tête caractéristique du dieu Set. On a discuté beaucoup le problème
de l'origine de cette tête. Cependant, de nos jours, on pense ordinairement, qu'elle a été empruntée
à l'Okapi, l'animal découvert dernièrement dans le centre de l'Afrique, et qu'on suppose autrefois
plus répandu qu'il ne l'est de nos jours. Le dieu Set était un des dieux de la guerre des anciens
Egyptiens, il est figuré toujours levant le bras droit, peut-être pour lancer un javelot. C'est donc
le dieu Set, dont notre statue, unique dans son genre, reproduit l'image. Quant à l'époque de sa
fabrication, elle doit remonter à la XIXe dynastie probablement, c'est-à-dire à l'an 1300 avant notre
ère environ. Le dieu Set tomba en disgrâce en Egypte, à ce qu'il paraît, dans le IXe siècle avant
notre ère. Les figures du dieu doivent avoir été jetées et détruites. Notre statuette a eu probable-
ment le même sort. Plus tard, la statuette mutilée a été trouvée et transformée en statuette du
dieu Khnum, divinité très vénérée partout en Egypte, notamment aux derniers temps de l'antiquité
égyptienne. Le dieu Khnum est figuré toujours à tête de bélier.

La restauration de la statuette et la transformation en Khnum pourrait avoir eu lieu à notre
époque; mais il paraît plus vraisemblable d'admettre que ce changement remonte à l'antiquité,
ayant eu lieu probablement en Egypte à l'époque Saïte.

Catalogue (1899): A. 55. G. LEGRAIN, Une statue du dieu Set dans le Recueil de Travaux, vol. XVI,
p. 167—169 (Paris 1894); Vald. SCHMIDT dans le Journal Danmark, p. 59, avec figure (Copenhague 1903).

55
loading ...