Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 72a
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0307
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
PLANCHE 212 C.

Stèle égyptienne.

Hauteur o,m 30. Calcaire très-tendre. Achetée au Caire en 1892. Les inscriptions hiéroglyphiques, peu
profondement gravées, sont assez difficiles à lire. Le travail est bon, mais la surface de la stèle n'est pas très-
bien conservée.

La stèle est rectangulaire en bas et cintrée en haut. Le sommet est occupé par le disque
solaire qui étend ses deux grandes ailes. Il est accompagné des groupes hiéroglyphiques qui
donnent le nom du dieu, et qu'on lit ordinairement Behudti, c'est-à-dire: «celui d'Edfou». Il s'agit
du dieu solaire vénéré dans l'Egypte entière, mais adoré spécialement à Edfou, la grande Apolli-
nopolis des anciens. Au-dessous, à droite du spectateur, apparaît perché sur une espèce de piédestal
un faucon, coiffé de la double couronne, emblème de souveraineté sur l'Egypte ou sur le monde
entier. Une légende hiéroglyphique tracée devant le faucon nous apprend que celui-ci symbolise
le roi d'Egypte Taharka, qui régna vingt huit ans sur l'Egypte, de 694 à 666 environ. Ce roi,
éthiopien de naissance, était le dernier pharaon de la XXVe Dynastie. Il est cité dans la Bible
comme adversaire des Assyriens. Son nom y est écrit Tirhakci; les grecs le nomment Tarkos.

La légende qu'on lit à côté du faucon est assez courte; on ne lit que les mots suivants
«Le dieu bon (ou bienfaisant), c'est-à-dire: le roi d'Egypte, Taharka, qui donne la vie ». Les hiéro-
glyphes qu'on entrevoit sur le piédestal, nous donnent le nom de l'étendard du roi ou plutôt le
nom du double (ka) du roi Taharka, légende qu'on observe aussi sur un petit fragment en pierre
verte de la Glyptothèque de Ny-Carlsberg (A. 134). C'est le début du protocole officiel du roi Taharka.

On voit encore sur la stèle à gauche, vis-à-vis du faucon, une déesse debout coiffée du
disque et des deux cornes. C'est Nout on Noùit, la souveraine du ciel ou de la voûte céleste,
comme nous l'apprend l'inscription tracée près de la figure de la déesse. C'est donc à cette déesse
que notre stèle a été dédiée par le roi Tarkos.

Catalogue (1899): A. 127.

72
loading ...