L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 19
DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0027
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
LA NEUVIÈME SYMPHONIE DE BEETHOVEN.

tour, l'aquarelliste nous réservent la surprise d'un aquafortiste et d'un peintre dont les tableaux ne
se traîneront pas dans les sentiers battus. 11 est doué, il a le sentiment de la vie et de la couleur,
il est lui. Les lecteurs de l'Art vont pouvoir en juger; le jeune artiste a permis de mettre pour eux:
ses portefeuilles de croquis et de dessins au pillage, et de les laisser reproduire en fac-similé. Ces
études et ces projets, ainsi que les eaux-fortes qui seront publiées plus tard, permettront de décider
si mes inébranlables convictions sont fondées ou non, et si réellement j'ai trouvé un bomme. A mes
Veux, cela ne (ait point doute. Ce n'est qu'en marchant résolument dans sa voie personnelle, comme
le fait M. Pierre Gavarni, en ne comptant que sur sa propre initiative, en n'ayant foi que dans l'origi-
nalité, que la jeune génération parviendra à tirer l'école française de l'ornière dans laquelle elle est
embourbée et s'embourbe chaque jour de plus en plus; c'est de cette réunion d'efforts individuels dans
le droit chemin qu'on doit s'attendre à voir surgir à coup sûr quelque grande figure qui dominera
toute l'école, ainsi que le fait Eugène Delacroix pour la période de renaissance de 1830; à côté des
vaillants qui peindront avec une conscience profonde et un talent sincère leur époque, l'homme de génie
a son rôle tracé d'avance: à lui et à ses pareils appartient la peinture monumentale, la seule qui
relève de l'Etat, qui seul aussi est à même, dans notre siècle, d'encourager de ses importantes com-
mandes le grand art décoratif".

Compter pour aboutir à une éclosion nouvelle sur l'enseignement officiel, ce n'est point sérieux; la
question de ce côté est définitivement tranchée pour tous les esprits impartiaux. L'enseignement offi-
ciel engendre ses fruits naturels : l'art officiel et ses fades et uniformes produits manufacturés suivant
la formule. Produits et formule, on en est saturé.

Paul Le roi.

LA

NEUVIÈME SYMPHONIE DE BEETHOVEN

Une brochure contenant le commentaire de Richard Wagner sur la neuvième symphonie et
ses observations au sujet de l'exécution vient de raviver l'intérêt qui s'attache à l'interprétation
du chef-d'œuvre de Beethoven.

C'est le propre des œuvres des grands génies de provoquer de vives et incessantes controverses,
et nulle part le cbamp de la discussion n'est plus vaste et plus renouvelable que dans le domaine
de la musique. Au théâtre, malgré l'autorité de la tradition, et quoique la pensée des maîtres soit
clairement exprimée, non par le son mais par le mot, en un langage précis et indiscutable, des
débats s'élèvent parfois sur le véritable sens d'un vers, l'opportunité d'un geste ou d'un jeu de pby-
sionomie, ou le caractère d'une scène entière. Comment donc s'étonner que la musique purement:
instrumentale, expression puissante, mais vague, non de la pensée, mais du sentiment, portrait poly-
phonique d'une âme, traduction sonore des battements du cœur, prête à la controverse lorsque l'auteur
n'est pas là pour livrer son secret ?

La neuvième symphonie de Beethoven, longtemps contestée, aujourd'hui consacrée par l'admi-
ration générale; objet d'un culte dont le dogme s'impose à ceux-là mômes qui ne pratiquent pas, la
neuvième symphonie a le privilège de surexciter plus que toute autre la verve et l'ingéniosité des
commentateurs. Elle se trouve pourtant dans des conditions exceptionnelles, qui semblent de nature
à en fixer le sens, en mettant à l'abri de toute contestation les intentions du maître. Elle repose
sur une base solide, sur un texte certain : l'ode de Schiller, l'ode à la joie, qui sert de livret à la
quatrième partie, où le chœur intervient. Aussi n'est-ce pas du finale qu'il s'agit, mais des trois
premières parties qui le préparent, et en triplent l'effet par le contraste, par un repoussoir saisissant
et prolongé.

1. Richard Uray,ner et la Neuvième Symphonie, commcntaire-proy,ramme pour cette Symphonie et observations au sujet de son exécution, par
Huhard Wagner. Traduit de l'allemand par M. K... Paris, Bruxelles, Londres et Mayence, 187J. Chez Stliott.
loading ...