L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 118
DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0134
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
n8 L'A HT.

cations nouvelles, sa persévérance à les vaincre, son triomphe
définitif sur les constantes appréhensions de sa bonne et modeste
nature, sa respectueuse intimité avec Thorvald.sen, ses succès,
son retour dans sa patrie, ses joies et ses douleurs de famille,

La statue de Bissen, très-bien décrite par M. Pion, est digne
des éloges qu'il lui accorde, et chacun se ralliera à l'avis de
l'auteur, qui termine son livre en disant que tout « l'œuvre de
l'artiste autant que l'existence de l'homme impose l'estime ec le

et la phase nouvelle et inspirée que l'ardeur de son patriotisme j respect. L'honnêce Danois a pratiqué l'art dans la voie la plus
crée pour ce talent jusque-là presque exclusivement réservé aux austère, celle qui ne mène pas aux succès faciles. Bien qu'il n'aie
souvenirs de la Grèce. C'est Bissen qui est l'auteur du Monument

Ill.RMAN-YlI.HEI.M BlSSEN.
Dessin de F. Gaillard.

I.e monument DE FREDF.RICIA.
Dessin de F. Gaillard.

de Frcdcricia et du Lion de Flcnsbourg, élevés en mémoire de

la glorieuse lutte et des victoires des Danois en 1848 et en 1850. • •

& . . .,. . pas connu 1 orgueil, il a fixe haut son regard et il a marché

Dans le premier, 1 artiste a voulu « honorer le ôoldat citoyen ».

« Il n'a point représenté le soldat dans l'ivresse du combat;
sur le visage se lit au contraire la sérénité dans la joie du
triomphe. La pensée qui a présidé à l'érection du monument
est très-heureusemenc rendue : la figure ne montre pas seule-
ment un soldat, mais encore un citoyen qui a la conscience
d'avoir rempli un devoir sacré et qui regarde haut devant soi.
La main gauche tient encore le fusil, le pied gauche est posé
sur un obu^ier ; la main droite levée agite comme une palme une
branche de hêtre, en souvenir de ce que chacun, en revenant du
combat, avait cueilli un rameau de cet arbre pour le porter ainsi

droit, soutenu par l'amour de la vérité et par sa bonne conscience.
C'est ainsi que peu à peu il s'est élevé lui-même et qu'il a con-
quis, sinon une place parmi les maîtres du premier ordre, au
moins un rang distingué parmi les artistes d'élite. •

Le catalogue de l'œuvre de Bissen a été dressé avec beau-
coup de soin par l'auteur; il est considérable et d'un sérieux
intérêt.

L'ouvrage de M. Eugène Pion sur Thorvaldsen est dans la
bibliothèque de tous les amateurs ; une place voisine doit y être
réservée à la sympathique étude sur Hcrman-Vilhelm Bissen.

qu'on porte un trophée. » 1 Adolphe Pi AT.

CHRONIQUE

Allemagne. — A l'occasion de l'Exposition académique qui
a eu lieu à Berlin l'année dernière (Bcrliner akademischen Aus-
stellung), des médailles d'or ont été décernées à M. le professeur
F. Adam, peintre d'histoire, à Munich; à M. Aima Tadema,
peintre d'histoire, à Londres; à M. E. de Schamphelcer, paysa-
giste, à Bruxelles.

— Le Musée Stedel, à Francfort-sur-Mein, vient de faire
l'acquisition d'un Jan Brueghel.

— Un peintre russe, établi à Munich, M. Yercstchaguin, avait
été accusé par un de ses confrères de s'approprier, pour les
démarquer et les écouler sous son nom, des tableaux d'autres
artistes. Après une minutieuse enquête, la Société d'Art de
Munich a déclaré que l'accusation n'avait pas l'ombre de fonde-
ment.

Angleterre. — L'an dernier s'esc fondée à Londres une

ÉTRANGÈRE

société nommée « The Royal Aquarium and Summcr and w inter
Garden Society 1 patronnée par un grand nombre de membres de
la haute aristocratie et par beaucoup d'amateurs et de collection-
neurs éminents. C'est l'immense succès du grand Aquarium de
Brighton qui a suggéré l'idée d'une institution du même genre
dans la capitale, mais les développements qu'a immédiatement
pris le projet primitif ont été considérables. Jardin d'hiver,
Jardin d'été ont d'abord paru une adjonction toute naturelle,
puis on a décidé l'annexion de vastes salles d'exposition d'œuvres
d'art admirablement éclairées. Les propriétaires des plus riches
galeries de tableaux, des plus remarquables collections se sont
engagés à prêter leurs trésors, comme on le fait régulièrement
pour le South Kensington Muséum. M. le baron Ferdinand de
Rothschild, qui possède tant de merveilles artistiques dans son
hôtel de Piccadilly, est l'un des principaux adhérents.
loading ...