L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 136
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0153
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
136 L'ART.

Jal, à qui l'on doit tant de découvertes décisives pour l'histoire de l'art, appelle Baudrin Yvart
« un des bras de Charles Le Brun, et un des plus actifs, comme on le voit par VInventaire général des
tableaux qui ont été faits à la manufacture des Gobelins (Bibl. nat., Mss. suppl. fr. 2767) 1 ».

Guillaume Anguier, peintre d'architecture, né à Eu, est le frère des sculpteurs François et
Michel-André.

Quant à M. Boulle, M. Soulié se trompe, lorsqu'il croit qu'il est question de Boucle, nom francisé
d'un élève de Snyders, Pierre Van Boeckel; il s'agit d'un autre Flamand, artiste d'élite, dont les
œuvres ont fréquemment été attribuées à Johannes Fyt, de Pieter Boel, élève également de Snyders,
dont il aurait épousé la veuve, s'il fallait s'en rapporter à la plupart des auteurs; les conscien-
cieux rédacteurs du catalogue si complet du Musée d'Anvers ont démontré combien cette
assertion est peu fondée en publiant la date de la mort — 2 septembre 1647 — de Marguerite De Vos,
femme de Snyders, et celle de l'illustre peintre — 19 août 16^7 — qui ne s'est jamais remarié 1 ; mais,
chose étrange, ils n'ont point songé à consulter le Dictionnaire de bénédictin de Jal; au lieu de donner
comme incertaine la date du décès de Pieter Boel, ils auraient appris qu'il mourut aux Gobelins le
3 septembre 1674, « avant midy », qu'il fut enterré le 4, et que Van der Meulen assistait aux funé-
railles *.

Au sujet de Baptiste Monnoyer, rien de nouveau; il n'en est point de même pour Van der Meulen;
Jal a fait sur lui les plus curieuses trouvailles \ D'abord il ne se nommait point Antoine-François, mais
bien Adam-François ; — il est né à Bruxelles, mais en 1630 et non en 1634; —l'époque de sa mort serait
inconnue ; l'acte de son décès existe, il porte que le « peintre ordinaire de l'histoire du roy » décéda le
15 octobre 1690, à l'hôtel des Gobelins; il fut inhumé le lendemain; — la plupart des biographes ne
le marient qu'une fois et lui donnent pour femme une nièce de Le Brun; M. Siret la lui fait épouser
en secondes noces; la vérité est que Van der Meulen s'est marié trois fois : sa première épouse fut
Catherine Huseweel dont il eut quatre filles et deux fils; elle mourut à Paris le 10 janvier 1677;
vingt-sept mois après il se remariait, le 22 août 1679, à la fille d'un capitaine de cavalerie, Catherine
de Labri, qui décéda le 3 octobre 1680. Van der Meulen n'était pas l'homme des regrets éternels;
trois mois et douze jours après, il acceptait de nouveau femme de la main de Le Brun cette fois!
Marie de By, cousine et non nièce du premier peintre du roi, passe pour avoir rendu son mari fort
peu heureux; on a même imprimé que cette triste union avait abrégé la vie de l'artiste; aucune preuve
n'existe de ses infortunes conjugales; ce qu'il y a de très-certain, c'est qu'il eut six enfants de Marie
de By : i° Antoine, né le 25 décembre 1682; 20 Charles, 22 mars 1684; 30 Marie-Louise-Thérèse,
30 novembre 1686; 40 un fils mort le 2 décembre 1688, après avoir été ondoyé; 5" Charles-François,
19 novembre 1689, et 6° Marie-Madeleine, fille posthume, 22 octobre 1690.

En présence de l'acte de décès du peintre découvert par Jal, on s'explique difficilement que l'on
puisse avoir de lui, comme l'affirme le Dictionnaire historique des Peintres de toutes les écoles, « des
tableaux représentant des événements qui se passèrent en 1693 ».

Des enfants posthumes, soit, — mais de la peinture?
« MM. Genouëls et Baudouin » me serviront à démontrer de nouveau combien il est regret-
table que les savants rédacteurs du Catalogue du Musée d'Anvers s'abstiennent de consulter le
Dictionnaire de Jal; ils étaient réduits à la plus complète incertitude, quand M. Alexandre
Pinchart, chef de section aux Archives Générales de Belgique, leur communiqua des documents
qui « leur permirent d'écrire enfin une biographie authentique de Boudewyns » ; les découvertes du
savant éminent à qui l'on doit de si belles études sur les tapisseries du moyen âge et de la
renaissance ont définitivement établi que Boudewyns se nomme Adrien-François et non Antoine-
François, qu'il est né à Bruxelles, y a été baptisé le 3 octobre 1644 et s'y est marié
le 5 octobre 1664.

1. Dictionnaire critique de biographie et d'histoire; 2« édition; Paris, Henri Pion, 1872, page 1325.

2. y édition, 1874, page 54.

3. Le procès-verbal d'enterrement donne à Pieter Boel le titre de « Paintre (sic) ordinaire du Roy 1.

4. Page 860.
loading ...