L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 141
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0158
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
NOTRE BIBLIOTHEQUE.

141

Une courte mais intéressante Notice historique sur les anciennes
salles de l'Opéra (1671-1874.) ouvre le livre qui, à l'exception de
ces seize pages, est exclusivement consacré à l'œuvre de M. Gar-

d'autres côtes encore, et il n'a pas reculé devant la tâche de
reconstituer un coin trop ignoré de l'histoire.

C'est à ce sentiment que nous devons ce livre si remarquable
par le style, alerte et vivant, ainsi que par l'abondance et la pré-
cison des renseignements de toute nature, qu'il a intitulé la Vie
d'un patricien de Venise, au xvie siècle. Ce patricien, c'est
Marc-Ancoine Barbaro, qu'il nous donne avec raison comme une
sorte de résumé de l'existence, des goûts et des devoirs des patri-
ciens dans cette république de Venise, dont l'histoire était encore-
si brillante.

Pour aujourd'hui, nous ne pouvons qu'appeler sur ce livre,
du reste bien connu, l'attention de nos lecteurs. Par son côté
historique et politique, il sort complètement du cadre que nous
nous sommes tracé. Nous pourrions, il est vrai, nous étendre sur
la partie artistique, sur la description de cette merveilleuse villa
dont la découverte a été le point de départ des recherches de
l'auteur, sur cette admirable décoration où se déploie en toute
liberté le génie des plus grands artistes de l'époque la plus artis-
tique qui fut jamais. Mais cela même nous est interdit, car, outre
que nous ne pourrions donner qu'un écho affaibli des impressions
personnelles de M. Yriarte, nous avons l'avantage de pouvoir
offrir aux lecteurs de l'Art beaucoup mieux qu'une amplification
descriptive. Dans quelques jours, M. Yriarte lui-même déploiera
pour eux toute la suite des magnificences qu'il lui a été donné
d'admirer. Des photographies de ces chefs-d'œuvre, rapportées
par lui de Venise, sont en ce moment entre les mains des plus
habiles graveurs et bientôt cette Revue sera en mesure de publier
une nombreuse série de bois et d'eaux-fortes qui permettront à ^ Ayant ^ inscallée ^ fc monumenc du boulcvard des
tous de se faire par eux-mêmes une idée complète et exacte des Capudneg) l'Académie nationale de Musique, - style officiel, -
trésors artistiques qu'avaient accumulés dans leur villa les repré- j f ( occup. . ^ proWsoire ou définidf douze salles différentes. »
sentants d'une des plus nobles et des plus intelligentes familles
patriciennes de la grande cité. Toute descriprion pâlirait nécessai-
rement devant la reproduction directe de ces belles œuvres. Nous
ne pouvons donc mieux faire que de renvoyer nos lecteurs aux
prochains numéros.

Eugène Vtmoy.

LE NOUVEL OPERA, par Chari.es Nuitter, archiviste d; l'Opéra;
ouvrage contenant 59 gravures sur bois et 4 plans. Un volume
i 11— 1H de 255 pages. Paris, Hachette et C", 79, boulevard Saint-
Germain, 1875.

Il ne s'agit point d'un livre de critique ; tout malentendu à cet
égard est impossible; la dédicace à M. Charles Garnier est là
pour nous prévenir qu'il s'agit de l'ouvrage d'un ami, d'un ami
intime, si ce n'est du livre de M. Garnier lui-même, puisque

La Danse, grju,;e do Gumery.

Salle construite par Moreau, au Patais-Koyal.

1 auteur s'exprime ainsi : t De tous les souvenirs de nos cause-
ries et de nos visites de chantier, de tous les renseignements que
tu m as donnés, de tous les documents que tu as réunis, j'ai com-
posé ce livre, qui, à vrai dire, est ton œuvre plus que la mienne. »

Lf. grand escalier.

Le 6 avril 1763, l'Opéra a été chassé du Palais-Royal par un
incendie; le 8 juin 1781, la nouvelle salle construite par Moreau
au Palais-Royal est à son tour détruite par le feu, et chacun
sait que la salle de la rue Le Peletier eue le même sort dans la
loading ...