L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 143
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0160
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
CHRONIQUE

ÉTRANGÈRE

Allemagne. — Le dernier supplément de la revue de M. de
Lutzo1*', Zcitschrft fur bildende Kunst. annonce que le musée
de Sigmaringen a fait l'acquisition d'un tableau de Paolo Vene-
ziano, 1358, et d'un tableau de Tiberio d'Assizi; tous deux
représentent le couronnement de la Vierge.

— La Société des artistes de Brème a célébré en même temps,
le 4 janvier, le dix-huitième anniversaire de sa fondation et le
troisième centenaire de Michel-Ange. Un prologue, un concert
dont l'ouverture Michel Angelo de Niels Gade était le morceau
capital, et une pièce de circonstance, tel était le programme de
cette fête à deux fins. La pièce composée par Fitger est naturelle-
ment consacrée à l'éloge du grand Buonarotti qu'elle met en
scène, — au milieu des événements auxquels il fut mêlé ; cette
peinture des mœurs de l'époque a pour épisode principal les ini-
mitiés et la réconciliation de Michel-Ange et de Raphaël.

Angleterre. — Une exposition de gravures de Wenceslas
Hollar est ouverte à Londres au Burlington Fine Arts Club. Wen-
ceslas Hollar, graveur du xvir siècle (1607-1677), cher aux
collectionneurs à cause des brillantes qualités techniques de
son œuvre, n'a pas produit moins de 2,740 pièces. Malgré son
labeur incessant, il mourut pauvre, et c'est à peine si ses créan-
ciers lui laissèrent le misérable grabat sur lequel il rendit le der-
nier soupir. Ni le patronage des riches seigneurs de la cour de
Charles Ier, ni celui des éditeurs sous Cromwell et après la Res-
tauration, ne lui assurèrent l'aisance à laquelle son talent lui
donnait droit. D'origine bohème, il appartenait à une honorable
famille de Prague qui l'avait d'abord destiné à l'étude du droit.
Mais se trouvant à Francfort, il y devint l'élève de Merian, gra-
veur très-apprécié de l'époque ; puis il se rendit à Strasbourg et
à Cologne. Il avait trente ans lorsque le duc d'Arundel l'emmena
avec lui à Londres, où il le garda jusqu'en 1642. Après avoir
passé quelque temps chez le duc d'York et quelque temps en
prison sous Cromvell, qui, paraît-il, lui voulait du bien, Hollar
rejoignit son premier patron à Anvers où il resta jusqu'en 1652.
Revenu à Londres, au moment de la Restauration, il fut chargé
par le roi Charles II d'un voyage à Tanger, d'où il rapporta des
dessins et esquisses de fortifications. Il avait alors soixante et un
ans. Ces détails et beaucoup d'autres sont consignés par le Rév.
HegVOod dans la préface du catalogue de l'exposition, qui se
compose de 136 pièces. Rendant compte de cette exposition,
l'Architect constate que Hollar était plus fort au burin qu'à l'eau-
forte, et il semble même résulter de ses appréciations que ce gra-
veur était moins un artiste qu'un manouvrier du burin. Cepen-
dant quelques-unes des eaux-fortes exposées sont considérées
comme très-belles; notamment le Jeune Homme jouant delà man-
doline. Il n'en existe que deux exemplaires, celui de l'exposition
appartenant à M. A. Morrison et celui du British Muséum.
« Cette eau-forte, écrit M. H amer ton, est remarquable par une
extrême délicatesse d'exécution et un goût des plus exquis. La
tonalité est parfaite dans sa propre gamme, bien que, même dans
cette planche exceptionnelle, les habitudes mécaniques du graveur
se manifestent encore par-ci par-là. » On "cite également une
élégante eau-forte, Jeune Femme jouant de l'épinette, une suite
fameuse d'après la Danse des Morts, de Holbein, quelques vues
du vieux Londres, parmi lesquelles une vue de Greenwich, pre-
mier état, dont le British Muséum possède seul l'équivalent, et
une série intéressante de portraits, entre autres Thomas Hobbcs.
le philosophe matérialiste, d'après Caspar, et M aider, évêque
d'Anvers, d'après Van Dyck, remarquable surtout par l'habile
imitation des étoffes.

— Le 22 et le 23 janvier ont été exposées à Londres, au
South Kensington Muséum, les œuvres de la Société pour le
progrès des Arts (Society for Promotion of Arts). Cette institution
est curieuse et toute britannique. C'est une société de dames*
artistes, amateurs, qui se réunissent deux fois par an pour exposer

leurs dessins et procéder à une distribution de prix. Cette année
les prix ont été décernés par M. Redgrave. L'Athenarum cite
parmi les lauréats, ou du moins parmi les exposantes dont les
œuvres ont été le plus remarquées, MI|PS Powell, Halkin, A. Har-
vey, Webster, Smith, E. Utterson et Buist. On voit que ces
dames sont toutes demoiselles. L'émancipation de la femme fait
quelque bruit en Angleterre. La question est très-controversée,
mais ceux-là mêmes qui ne se soucient pasdu suffrage féminin ne
peuvent qu'applaudir à cette émancipation artistique des misses
anglaises.

— Le sculpteur H.-II. Armstead vient d'être élu par 27 voix
contre 20 données au peintre Alma-Tadema, membre associé de la
Royal Academy, en remplacement du sculpteur Woolner, décédé.

— Lady Fane, qui vient de mourir, a légué à la National
Gallery son portrait enfant par sir Thomas Lawrence, et à la
National Portrait Gallery le portrait de son père Earl of West-
moreland, par le même artiste célèbre.

— L'exposition de la Société Royale d'Art de Birmingham a
çté close récemment. Le succès a été complet. L'exposition a été
visitée par 37,260 personnes, et il a été vendu 224 tableaux
pour la somme totale de 5,110 livres sterling, soit 127,750 francs.

— Au mois d'avril prochain s'ouvrira à Londres, dans Royal
Albert Hall, la colossale construction de M. Henry Cole, l'an-
cien directeur du South Kensington Muséum, une exposition de
peinture, sculpture, gravure et photographie, à laquelle sont
conviés tous les artistes du globe. Pour tous les renseignements,
on peut s'adresser au directeur de l'exposition internationale des
Beaux-Arts, Royal Albert Hall.

Danemark. — La statue en bronze du célèbre conteur popu-
laire Andersen sera érigée à Copenhague. Une souscription
populaire est ouverte, sans minimum de cotisation, afin que toutes
les classes et les enfants eux-mêmes puissent y prendre part.
Comme Morse, l'inventeur de l'appareil de télégraphie électrique,
Andersen, qui est vivant et bien portant, pourra assister à l'inau-
guration de sa statue. On n'oubliera certes pas de l'y inviter.

Espagne. — On écrit de Madrid à X Athenœum de Londres
qu'il se prépare sous ce titre : « Rubens, diplomate espagnol, »
une importante publication comprenant la relation de ses voyages
en Espagne, et une notice de ses œuvres d'après les inventaires
des maisons royales et impériales d'Autriche et de Bourbon.

Grèce. — L'Institut archéologique d'Athènes s'est réuni le
16 janvier. Le Dr Luders a présenté un dessin d'un vase en
marbre trouvé près de l'hôtel Grande-Bretagne. Ce vase est
orné de deux groupes de figures en relief. Le plus grand repré-
sente Mercure emmenant aux enfers une femme qui se penche en
arrière comme pour lui échapper, et tend la main à son époux
qui fait un effort pour la retenir. Le plus petit offre une scène
analogue; seulement, au lieu d'un homme il y en a trois qui
s'efforcent de sauver la malheureuse que Mercure réclame au
nom de Pluton, Ce vase paraît appartenir au ii* ou au ni* siècle
avant l'ère chrétienne. On suppose qu'il faisait partie d'un monu-
ment funéraire dans le genre de ceux qui ont été trouvés à
Naples dans la villa Albani.

Italie. — Le 10 mars prochain, de grandes fêtes seront célé-
brées à Florence à l'occasion du jubilé de Michel-Ange. Le palais
des Buonarotti, dans la via Ghibellina, sera transformé en musée.
Une exposition d'oeuvres du grand artiste y sera organisée.

Le dernier des Buonarotti, mort il y a quelques années, a
laissé à la ville de Florence un grand nombre d'écrits de Michel-
Ange, longtemps tenus cachés par la famille. Le testateur avait
stipulé que ces écrits seraient rigoureusement mis sous clef, mais
l'autorité municipale ne se considère pas comme éternellement
liée par cette clause puérile. Les manuscrits seront publiés. Ils se
composent de 700 lettres et écrits de la main de Michel-^nge,
et d'un nombre plus que double de lettres à lui adressées, notam-
loading ...