L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 153
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0170
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
J.-F. MILLET. )^

l'oeuvre, mais après avoir peint la nature en artiste profond et pénétré de son sentiment
intime, après avoir fait éprouver, en face de ses toiles, les impressions mêmes qu'on ressent
dans la vie des champs, l'artiste s'élève encore. Il y a en lui un être pénétré, ému, recueilli,
religieux. On peut dire à coup sûr et sans avoir jamais soulevé de discussions morales avec
lui, qu'il y avait dans ce peintre un humanitaire au sens philosophique du mot. Peut-être,

La Lessiveuse.

Dessin d'Edmond Von, d'après le tableau de Millet (Collection de M. Monjean), gravure de Martin.

assis à cet observatoire sommaire qu'il avait construit dans son jardin pour épier la nature1,
a-t-il surpris dans son recueillement presque sublime le paysan qui lui a servi de modèle
pour peindre l'Angelus. Mais il a pu le deviner et composer cette grande et simple scène.
Un tel tableau est à coup sûr d'un très-grand artiste et l'amateur éclairé qui le possède peut
en être fier à juste titre.

i. Millet avait enlevé quelques pierres de son mur afin d'avoir, presque au niveau du sol, une vue sur la campagne, et, là assis sur un
tas de pierre, il passait des heures en contemplation. Les grands effets du soir, qui font partie de la collection de M. Gavet, ont été
exécutés après de très-longues heures d'observation pendant lesquelles il semblait noter avec ordre dans son cerveau les procédés de la
nature.

Tome I. 20
loading ...