L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 197
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0215
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
NICOLAS-TOUSSAINT CHARLET. 197

d'argot, qui dure un temps et disparaît pour faire place à un autre. Celui de la Restauration ne
ressemblait guère à celui du siècle précédent, et il faut avouer que l'esprit de Charlet, tel que nous
le trouvons dans les récits des contemporains et dans ses propres lettres, ne rappelle que de loin,
de très-loin, celui de Voltaire. La réputation qu'on lui a faite à cet égard nous paraît aujourd'hui
quelque peu usurpée ou du moins exagérée.

Il est vrai que ce qui nous reste de lui n'est pas suffisant pour que nous ayons le droit de porter
sur ce point un jugement absolu. A côte de l'esprit qui réside, pour ainsi dire, dans les choses, qu
résulte du concours et du choc plus ou moins inattendu des idées ou de la profondeur même de
l'observation, comme celui de Molière et de Voltaire, il y a l'esprit au gros sel, l'esprit de mots et
de gestes, pour ainsi dire, qui se joue sur les surfaces, qui jaillit de l'étrangeté des accouplements
et des assonances, et qui a besoin d'être accentué, expliqué par une mimique appropriée. Il
y a encore autre chose qui souvent tient lieu d'esprit et qui fait illusion, c'est l'entrain, la bonne
humeur, l'accent, une jovialité pleine de hardiesses et d'aventures, qui réjouit par une exubérance
loading ...