L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 211
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0232
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
M. ÉMILE GALICHON. 211

Cette organisation privilégiée suffirait à justifier les regrets unanimes que cause sa perte, s'il ne
venait s'y ajouter l'importance des services rendus avec un dévouement qui a été jusqu'à compro-
mettre une santé délicate et à développer la cruelle maladie à laquelle il a fini par succomber. Nous
retracerons comme elles le méritent, ses luttes incessantes pour l'art et ses patriotiques efforts
pour conserver à la France sa suprématie en matière de goût. Bornons-nous à dire aujourd'hui
qu'atteint profondément dans les sources mômes de la vie, il fut obligé, il y a trois ans, de quitter

Émile Galichon.
Dessin d'A. Gilbert, d'après un portrait peint par H. Lehmann.

la direction active de la Galette, momentanément, croyait-il, et l'ami qui s'était spontanément chargé
de taire son intérim, un autre lui-même, M. Auguste de LajoLus partageait cette espérance. Mais
la famille du pauvre malade, qui était loin d'avoir encouragé ses travaux artistiques et littéraires,
ne se faisait point d'illusion; elle ne voyait pas le climat du Midi apporter la moindre amélioration
à sa poitrine brisée, elle ne pardonnait pas à la Galette de continuer à être l'objet de ses constantes
préoccupations quand il avait si impérieusement besoin d'un repos absolu ; elle résolut de l'amener
à se séparer définitivement du recueil qui depuis tant d'années avait vécu de sa vie, en avait trop
vécu, trouvait-on. Sentiment à tous égards éminemment respectable, et devant lequel nous n'avons
qu'à nous incliner, tout en nous permettant de douter de l'efficacité du parti auquel on parvint
à amener le malade, nous devrions dire le mourant. Les pensées de M. Émile Galichon n'en
restèrent pas moins invinciblement tournées vers cette Galette des Beaux-Arts qui lui était si chère;
il ne cessa d'être à son sujet en correspondance fréquente avec le digne et honorable écrivain à qui
les nouveaux propriétaires avaient confié la rédaction en chef, M. René Ménard; la lettre qu'il lui
loading ...