L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 214
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0235
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
CHRONIQUE ÉTRANGÈRE

Allemagne. — M. Edouard von Engerth consacre, dans
la dernière livraison de la Zeitschrift fur bildende Kunst, 19 fé-
vrier, un intéressant article à un artiste autrichien du xvie siècle,
jusqu'ici peu connu, Jacob Seisenegger (né en 1505,mort en 1567),
peintre de la cour de l'empereur Ferdinand Ier, qui lui allouait an-
nuellement 60 florins rhénans d'appointements, somme modeste
pour le successeur de Charles-Quint et surtout pour le peintre.
La vie et les travaux de cet artiste avaient déjà fait l'objet d'une
étude de M. Ernest Birk, publiée à Vienne en 1864. Le principal
intérêt de l'article de M. Edouard von Engerth est dans la
description de deux portraits de Charles-Quint. Le premier
daté de 1532 :

et signé du monogramme de Jacob Seisenegger

$

a été décrit par l'artiste lui-même dans un inventaire. Peint
d'après nature à Bologne, il était encore en 1535 en la possession
de Ferdinand I", qui l'avait payé 50 florins rhénans. On le
croyait perdu; mais il est retrouvé; et l'on a pu retracer les
nombreuses vicissitudes par lesquelles il a passé depuis trois
si.cles. Le peintre est sous l'influence de l'école vénitienne; il
cherche le Titien. Il faut croire qu'il n'est pas toujours resté
trop loin de son modèle, car le second portrait a été longtemps
attribué au Titien. Il est vrai qu'on y avait aidé. Le tableau por-
tait ce monogramme

T

On y a découvert des traces de rafraîchissement, qui font
supposer que ce monogramme est une altération de celui de
Seisenegger.

— Il est question de publier les écrits posthumes de
Kaulbach. Parmi les plus intéressants, YAcademy de Londres
cite une correspondance avec Ranke, Olfers, Muller, Bethmann-
Ilolweg et plusieurs autres historiens et écrivains célèbres. Cette
correspondance a pour objet la fameuse fresque de la Réforme.
dont le carton, magnifique composition, a été exposé à Paris
en 1867.

— L'Academy annonce que le peintre norvégien, M. Gude,

drale de Lodi par le marquis Charles Pallavicini, alors évêque
du diocèse; l'ouvrage forme six volumes in-folio, entièrement
exécutés sur vélin en grandes lettres avec chant grégorien. Chaque
page mesure o™,58 sur om,4i ; les illustrations sont splendides
et ne comprennent pas moins de 58 grandes lettres initiales,
2,114 capitales et 45 grandes miniatures. On s'attendait avec
raison à des enchères beaucoup plus élevées.

— Le rapport annuel adressé par le directeur de la National
Gallery à la Trésorerie abonde en faits intéressants qui doivent
être pour l'étranger, et surtout pour la France, autant de pré-
cieux enseignements : en 1874, la collection des maîtres italiens
des écoles primitives s'est augmentée de 14 tableaux, grâce à un
crédit extraordinaire de 259,875 francs dont le Parlement n'a
pas hésité à renforcer le budget de la National Gallery; mais ces
tableaux n'ont pas encore pu être tous exposés, l'espace man-
quant déjà à ce musée, qui n'a pas un demi-siècle d'existence. La
veuve de Thomas Sword Good, de Berwick-on-Tweed, a légué
trois tableaux de cet artiste à la Galerie nationale. M"w Charles
Fox a fait de même pour un Portrait du cardinal Fteury. par
Hyacinthe Rigaud et M. S. James Ainslie, pour une œuvre
distinguée de Roelandt Savery : Orphée charmant les animaux
aux accords de sa lyre.

Les directeurs des musées anglais n'ont, eux, nul souci de la
routine; aussi n'a-t-on pas hésité à Londres à faire connaître à
toute la nation les études et esquisses de Turner; on en a fait
trois choix : le premier, actuellement exposé à la Galerie natio-
nale d'Irlande à Dublin; le second, à l'Académie des Beaux-Arts
de Bristol; le troisième vient de rentrer à Londres, après avoir
été exhibé à la National Gallery of Scotland. Le succès en a été
tel à Edimbourg, qu'on y sollicite l'exposition d'une nouvelle
série.

Enfin les visiteurs de la National Gallery ont été, en 1874,
au nombre de 867,304 et de 914,127 pour le South Kensington
Muséum.

— Un des principaux éditeurs de Londres, M. Basil Montagu
Pickering (196, Piccadilly W.), met en vente au prix de 14 shil-
lings (17 fr. 50) The Art Treasures of Lambeth Library. a Des-
cription of the illuminated MSS. and illustrated Books, i\ ith
oui line lithographie Illustrations, par S. W. Kershaw, bibliothé-
caire de Lambeth Palace. Ce manuel forme un volume in-8 tiré
à 250 exemplaires seulement; il est précédé d'une étude sur la
célèbre bibliothèque archiépiscopale et décrit chaque manuscrit
en indiquant soigneusement le nombre de miniatures qu'il con-
tient. L'artiste, l'archéologue, le savant y trouveront des sujets

vient d'être appelé à Berlin en qualité de directeur de l'Académie | d'études d'autant plus précieux que les trésors de la bibliothèque

royale des Beaux-Arts. Depuis la mort de Schadow, 1850, cetéta- ' de Lambeth ne sont connus que par le Catalogue des manuscrits

blissement est plus ou moins désorganisé. On a pris différentes : publiés en 1812, par le docteur J. H. Todd. L'ouvrage actuel

mesures pour le relever, et sans doute on comptait sur le profes- I est donc un immense service rendu à la science et surtout à l'art,

seur Gude pour donner une nouvelle impulsion aux études. Mais — Un bill pour la conservation des monuments anciens sera

il faudra chercher un autre directeur. En effet, la nouvelle de prochainement présenté au Parlement sous les auspices de sir

YAcademy, empruntée aux journaux allemands, a cessé d'être John Lubbock et de MM. R. Gurney, Beresford Hope et

exacte. L'Ecole des Beaux-Arts de Carlsruhe, où M. Gude est O. Morgan.

professeur, tenait beaucoup à le garder. Elle y a réussi. Nous — La mort de sir W. Sterndale Bennett a laissé vacantes

lisons dans le dernier supplément de la Revue de M. de Lutzov, deux situations musicales qui sont très-recherchées. D'abord la
Zeitschrift fur bildende Kunst, que la situation de cet artiste a été
améliorée, et qu'on lui a donné un suppléant pour alléger sa
tâche. Ses amis et ses élèves lui ont offert un banquet, et le

place de professeur de musique à l'Université de Cambridge;
candidats : MM. Dr Garrett, Mactarren et Cusins, chef d'or-
chestre delà Société philharmonique et chef de la chapelle parti-
grand-duc lui a envoyé les insignes de l'ordre du Lion de Zaeh- culière de Sa Majesté. Puis la place de directeur (principal) de
ringen. f l'Académie royale de musique, que se disputent M. G.-A. Mac-

Angleterre. — MM. Sotheby et Wilkinson, les commis- \ farren, candidat du comité d'administration, et M. Sullivan, can-

saires-priseurs qui se sont fait une spécialité de la vente des
bibliothèques précieuses, viennent d'adjuger au prix de 620 livres
sterling (15,500 fr.) le fameux « Antiphonarium cum notis in

didat du bureau des directeurs (Board of Directors).M. Sullivan
est l'auteur d'un oratorio The Light of the World (la Lumière du
monde), qui a été exécuté à Birmingham, à Londres et assez ré-

usum Ecclesix Romanae 1, qui fut offert au xv siècle à la cathé- cemment au festival de Liverpool. Cette composition a été très-
loading ...