L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 254
DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0275
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
254 L'ART.

religions orientales. Elles étaient souvent reproduites sur les vases et les tissus qui arrivaient en
Grèce par le commerce des Phéniciens ; les Grecs n'y voyaient que des motifs d'ornementation et les
imitaient sans en chercher le sens : on les trouve très-souvent dans les monuments de l'art grec pri-
mitif et de l'art étrusque. Mais les Grecs les perfectionnaient peu à peu, avec ce sentiment plastique,

Centaure dompté par Éros. (Muséu> du Louvre.) Centaure du Capitole.

qui était le trait dominant de leur génie. En associant des formes empruntées à des espèces différentes,
l'art oriental n'avait produit que des monstres : créer des êtres fantastiques, dont l'existence est
physiologiquement impossible, et leur donner, non-seulement les apparences de la vie, mais les
caractères de la beauté, c'est rivaliser avec les puissances créatrices, et il n'y a que l'art
grec qui ait su opérer ce prodige.

Louis Ménard,

Docteur ès lettres.

HISTOIRE GÉNÉRALE DE LA MUSIQUE

DEPUIS LES TEMPS LES PLUS ANCIENS JUSQU'A NOS JOURS

Par F.-J. FÉT1S 1

Les savants qui ont cherché à pénétrer les mystères de l'origine des peuples ayant reconnu que
les caractères par lesquels ils diffèrent ou se ressemblent sont l'organisation physiologique, les
langues et les traditions religieuses, M. Fétis s'est proposé de démontrer que les analogies et les
oppositions de principe, bases des divers systèmes de musique, ne sont pas moins caractéristiques de
la différence des races et que ces systèmes ont des types primordiaux qui subsistent encore nonob-

i. Paris, Firmin-Didot.
loading ...