L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 272
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0294
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
ces grands espaces et ces ciels à perte de vue où Corot excelle, — et en même temps ces étran-
getés, ces sous-entendus du rêve auxquels convient si particulièrement son exécution par masses,
avec ses indications fugitives et laconiques.

C'est le moment de rencontrer une des objections avec lesquelles on a battu en brèche les
meilleurs succès de Corot : l'imperfection de ses figures.

Beaucoup de ses admirateurs les plus convaincus l'abandonnent eux-mêmes sur ce point, et ne
plaident guère que les circonstances atténuantes. « Il s'est plus d'une fois trompé, » dit M. Paul
Mantz. « 11 ne réussit bien, dit Th. Silvestre, que dans une certaine dimension. »

Corot lui-même, si modeste, qu'il disait souvent :

Le gros ardre, a Gournay (Normandie)1.
Dessin d'Edmond Yoir, gravure de Perricfion.

« Quand je suis dans les champs, je me mets en colère contre mes tableaux, »
Corot avait fini par douter. Un jour que je le visitais dans son atelier de la rue Paradis-Poisson-
nière, je surpris sur son chevalet un portrait de femme en buste, de grandeur nature. C'était fait à sa
façon ordinaire, les grands plans, les accents essentiels; mais quelle franchise de ton local! quelle
peinture mâle et souple à ravir Vélasquez et Goya ! — et, — qualité rare chez les peintres de figures
— quelle impression vraie de l'atmosphère ambiante ! Je lui demandai s'il n'exposerait pas cette
grande figure, faite pour étonner ceux mêmes qui pensaient le mieux connaître :
« Y pensez-vous! soupira Corot. On ne me pardonne déjà pas les petites! a
Eh bien, je ne sais si je suis partial, ce n'est pas en tout cas la mort du peintre qui me dicte
cet éloge dont j'ai déjà dit un mot ailleurs; mais pour moi les figures de Corot ont fait faire à l'art
contemporain un des rares progrès dont il puisse se targuer vis-à-vis de l'art ancien. Elles ont popu-
larisé l'étude de la figure en plein air, étude presque relativement moderne. Véronèse l'a évidemment

i. Étude peinte par Corot, à Gournay, vers ;86j.
loading ...