L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 283
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0307
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
M. LEGOAÈSBE DE BELLÉE. 283

pêche, la Pêche de la sardine avec leurs horizons clairs, leurs eaux transparentes, leurs figurines alertes,
enchantent, au contraire, de leur franc sourire tous les yeux qui demandent plus volontiers à la
peinture aussi bien qu'à la nature la joie par la lumière et la distraction par le mouvement.

On ne se change pas en changeant de place. Ce que M. de Bellée est en Bretagne, il l'est
encore aux environs de Paris. Dans la campagne de l'Ile-de-France, comme aux bords de l'Océan,
c'est par une intelligence particulièrement fine et précise des spectacles ordinaires de la nature, par
une interprétation très-délicate des demi-jours, des demi-nuances, des demi-saisons que le jeune
paysagiste prend son rang à part à côté de ses confrères. Tous les amateurs qui ont vu le Salon
de 1874 avec attention se souviennent de la Hutte de charbonniers et de la Coupe en forêt que M. de
Bellée y exposa : aucun peintre forestier n'a plus sincèrement rendu la physionomie expressive

Flottille de pécheurs de sardines.
d'après le tableau de M. de Bellée; dessin de l'auteur, gravure de Méaulle.

d'une futaie au repos dans les buées de l'automne, aucun n'a plus finement exprimé ces transitions
exquises de lumières qui accompagnent, dans la cime des forêts, le mariage des branches avec le
ciel. Rien de moins romanesque, rien de plus ému. On en peut dire autant de ses paysages d'hiver
que le peintre traite avec une rare distinction, comme on peut voir par le Temps de givre à la foret
de l'Aiguë et l'Effet de neige à Cerna)-.

Ami des bois, ami des eaux, le paysagiste finit toujours par aimer les vivants qui peuplent les
bois et les eaux. Dans ses dernières études, qui sont des marines, M. de Bellée se préoccupe déjà,
souvent avec bonheur, d'animer ses paysages avec des paysans et des marins en action dans leur
cadre naturel. Il nous semble que tous ces efforts méritent que l'attention se porte sur le jeune
artiste, et que les amateurs suivent, dès aujourd'hui, ses progrès. Son talent doit sans doute
acquérir, avec le travail et le succès, plus de décision et d'ampleur; tel qu'il se montre aujourd'hui,
avec ses timidités aimables et ses incertitudes sympathiques, il a déjà le parfum très-vif d'une rieur
saine et fraîche qui se changera prochainement en un fruit savoureux.

Georges Lafenestre.
loading ...