L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 298
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0322
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
a98 L'ART.

XXXV. Bacchas enfant.

XXXVI. Mme de Rochechonart, comtesse de Brionne.

XXXVII. Enlèvement de Déjanire.

XXXVIII. Génie militaire. — Cette pierre fut donnée par Mme de Pompadour au comte d'Argenson,
ministre de la guerre et son ennemi. Elle ne réussit guère mieux avec lui qu'avec le Dauphin.

A ce sujet je dois signaler à M. Leturcq une confusion qui s'est glissée dans son livre entre cette
estampe et la XXXIIIe. A la planche J où il reproduit le fac-similé des dessins de Boucher qui ont servi
à Mme de Pompadour de modèles pour ses eaux-fortes, la figure 3, qui représente VAmour vainqueur,
est désignée sous le nom de Génie militaire.

XXXIX. Offrande au dieu Terme. — Guay a ajouté au titre cette note énigmatique : « Je croy que
ce Lamour réconnésant... » S'agirait-il d'un retour du roi? Une date éclaircirait bien des choses.
Malheureusement il n'y en a pas. Ou bien est-ce une allusion à la durée de la faveur royale?
On ne peut faire que des conjectures.

XL. Génie de la Musique.

XLI. L'Amour sacrifiant à l'Amitié.

XL1I. La Fidèle Amitié. — Ces deux estampes, de môme que les deux suivantes, renferment toujours
la même allusion au sentiment par lequel, à défaut de l'amour épuisé, elle espère retenir le roi.
XLI1I. L'Amour et l'Amitié.

XLIV. Le Temple de l'Amitié. — Les pierres désignées sous les numéros 41, 43 et 44 formaient

les trois faces d'un cachet appartenant à Mmc de Pompadour.
XLV. L'Amour.
XLVI. Trophée de Jardinier.
XLVII. Prêtre égyptien.
XLVIH. L'Amour.

XLIX. Portrait d'un Chien de chasse. — Note de Guay : « Ce chiu et un chin gravé en creux. »
L. L'Amour présente un bouquet.

LI. Cachet du roi. — Il lui avait été donné par Mme de Pompadour. UOracteur le décrit ainsi : « Minerve
assise soutient les armes du Roy, dont le bas est orné d'une palme et d'une branche de lauriers.
Simbole bien juste de la sagesse et des lumières de nôtre monarque. »

LU. L'Amour se tranquillisant sous le règne de la justice.



Ici finissait le recueil primitif. M. Leturcq y a ajouté les onze dernières estampes, gravées par
M"1" de Pompadour d'après les pierres de Guay, et le texte explicatif imprimé d'après l'exemplaire
de M. le comte Ph. de Saint-Albin, de l'édition posthume de 1782, et les sept estampes de sujets
divers et étrangers à l'œuvre de Guay, qui ont été gravées par la marquise d'après les dessins
de Boucher et d'Eisen, avec leur description, d'après le texte du même exemplaire imprimé.

LUI. Naissance de monseigneur le duc de Bourgogne.
LIV. Alliance de l'Autriche et de la France. 17^6.

LV. Portrait de monseigneur le Dauphin et de madame la Dauphine. 1758.
LVI. Victoire de Lut\elbcrg. — 10 octobre 1758.
LVII. Génie de la France. — io octobre 1758.
LVIII. Culture des Lauriers.

LIX. Chien Mimi appartenant à madame de Pompadour.
LX. L'Amour.

LXI. Chien Bébé appartenant à madame de Pompadour.
LXII. Génie de la Musique.
LXIII. Jardinier cherchant de l'eau.
LXIV. Le Lever de l'aurore, d'après Eisen.
LXV. Une Bacchanale, d'après Eisen.
loading ...