L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 331
DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0356
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
MANUFACTURE NATIONALE DE SÈVRES.

l'administration des Beaux-Arts sur les points les plus importants
de ce règlement.

« J'ai reçu dernièrement une lettre signée d'un groupe consi-
dérable de sculpteurs, et où était exprimé le désir que les ou-
vrages de sculpture destinés à la présente exposition pussent être
déposés quelques semaines après les ouvrages de peinture. Cette
lettre énumérait les raisons diverses qui militent en faveur
d'une telle demande des sculpteurs qui sont, en effet, au dernier
moment de leur travail, beaucoup plus que les peintres, à la merci
de leurs aides extérieurs (le mouleur, le fondeur, le prati-
cien, etc.), et je pourrai, le jour où vous le jugerez utile, mettre
la pièce sous vos yeux.

« J'ai dû répondre qu'il ne m'appartenait pas de modifier à la
dernière heure un règlement examiné par la commission des
Beaux-Arts et approuvé par le ministre; mais j'ai cru pouvoir
dire qu'en vue du règlement du Salon prochain, je serais le pre-
mier à consulter sur cette question votre jury assemblé en séance
générale, de manière qu'elle soit tranchée d'accord avec les
autres sections.

« Quelques graveurs en médailles ont demandé qu'un graveur
en médailles fit spécialement partie du jury de sculpture.

« Plusieurs artistes ont demandé que tout artiste ayant été élu
trois fois membre du jury, fût, de droit, mis hors concours.

« Sur la question de la composition du jury, il a paru à quel-
ques peintres qu'il serait préférable que le double seulement des
membres à élire fût proposé au choix des électeurs au lieu de
trois fois le même nombre. Un autre système de renouvellement
du jury a été proposé : ce serait d'écarter, par le tirage au sort,
le tiers des membres ayant fonctionné l'année précédente. D'autres
ont désiré que ie corps électoral du jury se composât de tous les
artistes ayant exposé au moins une fois. D'autres encore désire-
raient voir modifier la part proportionnelle faite par l'adminis-
tration aux membres choisis par elle et dont j'ai proposé moi-
même, il y a vingt-trois ans, l'introduction dans le jury comme
un élément de concorde, de modération et d'impartialité. D'autres
enfin voudraient voir étendre le nombre des médailles, en en
diminuant la valeur.

« Ces questions et bien d'autres encore, toutes celles en un
mot qui peuvent être soulevées par l'étude attentive du règle-
ment et par l'intérêt de chacune des sections des exposants, j'ai
pensé, messieurs, qu'il serait fort utile aux artistes et à l'admi-

nistration que vous voulussiez bien les examiner, de manière à
préparer avec nous le meilleur règlement possible pour le Salon
de 1876. Ce que j'aurais été heureux de vous voir faire sans
nous, je vous prierai de vouloir bien le faire avec nous. Les
artistes élisent le jury, admettent par ce jury les œuvres du
Salon, contrôlent le placement de ces œuvres, décernent les
récompenses ; quand ils auront fixé par vous, messieurs, qui les
représentez, les points capitaux, les détails essentiels du règle-
ment, nous n'aurons plus qu'à pratiquer et à faire observer ce
règlement ; l'administration se trouvera ainsi désintéressée de ce
qui peut soulever contre elle de la part des artistes des récrimi-
nations pénibles et des tiraillements que, pour tout au monde, je
voudrais éviter, car je ne suis point venu à la direction des
Beaux-Arts pour diviser les artistes, mais au contraire pour les
unir de mon mieux.

« Je ne puis vous dire combien j'ai horreur des discordes
qui peuvent agiter les ateliers, diminuer nos forces com-
munes, notre commune considération et créer des partis sur des
questions que je ne soulèverai jamais que pour le commun inté-
rêt. Je regarderais comme une honte pour moi de me faire
l'homme d'un groupe d'artistes, le serviteur d'une coterie; mais
nul n'est plus désireux de consulter l'opinion publique des artistes
et d'en saisir l'expression dès qu'elle me semble autorisée. C'est
pourquoi, messieurs, vous qui êtes leurs délégués, je vous prie,
pendant le long et pénible travail auquel vous allez vous livrer,
soit pour choisir les œuvres destinées au Salon, soit pour les
récompenser, je vous prie de vouloir bien être attentifs aux amé-
liorations que vous jugerez bon d'apporter au prochain règle-
ment, et je vous demanderai de les formuler dans les dernières
séances de vos sections réunies. »

Le Salon sera très-brillant cette année. Beaucoup de jeunes
artistes ont envoyé de grandes compositions pour concourir au
Prix du Salon; le but de cette libérale institution est donc
atteint.

Les envois pour l'Exposition sont considérables, le nombre
des sculptures est de 840 et celui des autres œuvres atteint le
chiffre de 6,000. Le jury, qui a fort à faire, s'est réuni le jour
même de sa convocation, pour commencer son examen qui n'a
été interrompu que le jour de Pâques. M. Busson, ayant décline
l'honneur de siéger, a été remplacé par M. Français.

UNION CENTRALE

APPLIQUÉS A

— La Société de l'Union centrale vient de fermer sa bi-
bliothèque, parce qu'elle procède à son installation dans son
nouvel hôtel de la place des Vosges, n° 3. Avant quinze jours les
galeries seront ouvertes et les travailleurs retrouveront, avec des
améliorations considérables, l'installation de la bibliothèque et
des collections. Les conférences seront inaugurées le 24 avril,
par une leçon de M. Alfred Maury, le savant directeur général
des Archives.

L'assemblée générale annuelle de la Société doit avoir lieu
vers la fin d'avril. Les sections de la commission consultative

MANUFACTURE NAT

— Les travaux d'aménagement pour le transport du matériel
de l'ancienne Manufacture de Sèvres dans le nouveau local, con-
struit dans le parc de Saint-Cloud, sont poursuivis avec activité.
Déjà une partie des moules a été classée dans le sous-sol des
galeries d'exposition.

DES BEAUX-ARTS

L'INDUSTRIE

continuent sans relâche l'étude du programme de l'exposition de
1876, le conseil d'administration lui ayant demandé son travail
complet pour le 15 mai, afin d'en faire la publication dans le
plus bref délai. Le Bulletin de la Société, qui paraît régulière-
ment tous les mois, devrait, il nous semble, contenir une ana-
lyse sommaire des réunions des diverses commissions de l'Union
centrale. Cette intéressante Société paraît ignorer l'intérêt que
lui porte en dehors de ces belles expositions, le public soucieux de
la prospérité de nos industries d'art et du développement de l'en-
seignement populaire du dessin.

IONALE DE SÈVRES

Le conseil de perfectionnement de la Manufacture a tenu dans
le nouvel établissement une longue séance sous la présidence de
M. de Cardaillac et a adopté le plan proposé par le directeur des
bâtiments civils pour la disposition du magasin, du musée histo-
rique et l'installation de la bibliothèque; à la gauche sera jointe
loading ...