L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 333
DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0358
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
FAITS

avec une lenteur plus que sage ; il y a près d'un siècle que la
statue équestre de Godefroid de Bouillon, par M. Eugène
Simonis, a été élevée place royale à Bruxelles; depuis lors le
piédestal attendait toujours inscriptions et bas-reliefs; on vient
de se décider à placer les inscriptions ; quant aux bas-reliefs ils
continuent à être remplacés par une couche de peinture jouant
le bronze.

Italie. — Le monument élevé à la mémoire de Daniel
Manin par le sculpteur Borro a été inauguré à Venise le 22 mars,
sur la place même où habitait 1 illustre patriote, et qui s'appelle
aujourd'hui : Piajja Manin.

— Les dernières découvertes faites depuis quelque temps à
Rome sont fort importantes.

On a trouvé devant l'arc de Gallien, en dehors de l'enceinte
primitive de la ville de Servius, le pavé du forum de l'Esquilin,
sur lequel gisait un piédestal avec des moulures grossièrement
faites; ce piédestal porte une inscription relative aux restaurations
faites au forum et au macello de Livius au vc siècle.

Toujours à l'Esquilin, sur la place Manfredo Fanti, derrière la
tour semi-circulaire de 1'Aggcr de Servius, on a mis à jour les
vestiges d'une maison particulière avec pavé en mosaïque blanc
et noir. Les parois des murs sont ornées de fresques qui ne sont
pas sans valeur. Dans une des cellules, on a trouvé deux lampes en
terre, dont les reliefs représentent les trois divinités du Capitole,
ainsi qu'une statuette de dieu lare en bronze, haute de dix centi-
mètres.

Sur la partie gauche de la rue Merulana, non loin de l'église
San Pietro Marcellino , les ouvriers ont découvert une tête en
marbre de grandeur naturelle représentant une divinité égyp-
tienne, et sur le point d'intersection de cette rue avec la rue La-
bicana, on a mis au jour un sarcophage en marbre, long de 2 mè-
tres 4 centimètres, large de 68 centimètres, dont le couvercle
n'avait jamais été enlevé. Un cadavre se trouvait dans ce sarco-

DIVERS. 333

phage. C'est celui d'une Porcia Posilla, dont le nom est gravé sur
le front du sarcophage.

Ces découvertes ne sont pas les seules qu'il nous faille enregis-
trer. A l'angle sud-ouest de la nouvelle place Victor-Emmanuel,
on a fait une autre trouvaille intéressante : il s'agit d'un portique
long de 65 mètres, qu'on a reconnu être formé de colonnes can-
nelées en marbre jaune antique, soutenues par des bases en bri-
ques dont les ornements sont en stuc; deux de ces colonnes
étaient entières. On a retrouvé quelques vestiges de pavé com-
posé de morceaux d'albâtre admirables et fort variés. On a pu
enlever 70 plaques ayant 30 mètres de long et 30 mètres de
large; elles sont presque entières.

A l'extrémité nord de ce portique se trouvent deux petites cel-
lules. Les parois d'une de ces cellules sont incrustées d'agate,
comme le démontrent les nombreux fragments recueillis sur les
lieux; les parois de l'autre cellule sont revêtues de plaques d'ar-
doise, dont les ornements sont des feuilles d'or.

Sur le côté occidental de la place Guglielmo Pepe, on a trouvé
une urne cinéraire, en granit rouge, ayant la forme d'une am-
phore, portant une inscription relative à une affranchie d'Antoine,
femme de Drusus Senior.

A l'endroit où doit s'élever la nouvelle Douane, près la gare du
chemin de fer, ce sont des statues qui ont été retirées des terres :
notons une statuette de bronze haute de 70 centimètres; une
autre statuette, haute de 12 centimètres, représentant un athlète ;
la partie inférieure d'une statuette d'homme nu, en argent, fort
endommagée par le feu; trois sonnettes en bronze, avec un
manche ; puis viennent sept bassins en bronze, un candélabre haut
d'un mètre, deux lanternes de bronze et des menus fragments
dont il est difficile de préciser l'usage.

Enfin, sur le point d'intersection de la rue Gaeta et de la rue
Volturno, on a mis au jour les restes du mur de substruction de
VAgger de Servius. On conviendra que la récolte est abondante.

FAITS DIVERS

Centenaire de 'Boichiicu. — On sait qu'il y aura le 16 décembre
de cette année un siècle que Boïeldieu naissait à Rouen. Cette
ville prépare à cette occasion de grandes fêtes ; mais comme elles
ne sauraient avoir lieu en hiver et sans soleil, la célébration en
a été avancée et a été fixée au mois de juin, auquel se rattache
du reste le souvenir de l'érection de sa statue en 1834.

Plusieurs journaux ont donné un programme inexact de ces
fêtes, qui promettent d'être splendides. Voici le programme offi-
ciel, tel qu'il a été communiqué par la mairie de Rouen :

Samedi 12 juin. —A sept heures et demie du soir, concert
devant la statue de Boïeldieu par les sociétés chorales de Rouen,
la musique municipale et les musiques de la garnison. A neuf
heures, départ de la retraite aux flambeaux — le sujet de cette
retraite sera tiré de l'opéra de Jean de Paris.— station du cor-
tège, rue aux Ours, devant la maison où est né Boïeldieu et
devant sa statue; de là le cortège parcourra les principales rues
de Rouen illuminées.

Dimanche 13 juin. — A neuf heures du matin, réunion
dans le jardin de l'Hôtel de ville de toutes les sociétés chorales
et instrumentales qui participeront au concours. A neuf heures
et demie, départ des sociétés en cortège pour se rendre devant
la statue de Boïeldieu, où seront déjà réunis : les membres de
la famille de Boïeldieu, les autorités du département et de la
ville, la section musicale de l'Institut, la députation de l'Aca-
démie des beaux-arts, les membres des jurys du concours, la
commission organisatrice des fêtes, etc. Exécution par les
sociétés municipales réunies de l'ouverture de la Dame blanche.
du chœur de Benion ski. de la Cantate, composée spécialement
pour cette solennité par M. Ambroise Thomas; discours, etc.
A midi, ouverture des différents concours d'orphéons et de

fanfares. A six heures, distribution solennelle des prix, place de
l'Hôtel-dc-Ville. A dix heures, feu d'artifice, illuminations
générales.

Lundi 14 juin. — A deux heures, grand carrousel par le
12' régiment de chasseurs; à huit heures, représentation de gala
au théâtre des Arts, composée d'un acte de la Dame blanche^ d'un
acte de Jean de Paris, d'un acte des Deux Nuits, du Nouveau
Seigneur du village et de la cérémonie du couronnement du buste

de Boïeldieu, avec le concours de M.....■ Carvalho, Brunet-Lafleur,

Révilly, Ducasse et Tuai; MM. Léon Achard, Bosquin, Warot,
Carron, Barré, Poulticr, Nathan, Sainte-Foy, Barnolt, etc., etc.

Mardi 15 juin. — A huit heures du soir clôture des fêtes du
centenaire de Boïeldieu par un grand festival composé exclusi-
vement d'oeuvres de Boïeldieu, dont quelques-unes n'ont pas
encore été exécutées en France, avec le concours des artistes qui
ont participé à la représentation de gala et des sociétés philhar-
moniques de Rouen, du Havre, de Dieppe, de Caen, etc., etc.

Les sociétés chorales et instrumentales qui désirent prendre
part au concours et qui n'ont pas reçu le règlement sont priées de
le demander à la mairie de Rouen. Les adhésions sont reçues
jusqu'au 10 avril par M. Fauquet, secrétaire général de la com-
mission musicale.

— L'exposition des plans du monument commémoratif de la
bataille de Coulmiers a dû commencer le 2 avril.

Le jury, composé des membres de la section d'architecture,
rendra son jugement le 3 avril.

L'exposition publique continuera pendant quinze jours.

— Un tableau de Jouvenet, l'Éducation de la Vierge, vient,
dit-on, d'être retrouvé dans une maison particulière, à Cher-
bourg. Il serait dans un parfait état de conservation.
loading ...