L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 362
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0388
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
En ces années qui suivent son départ de L'Espagne, et qui se placent entre 1857 et le mois
d'août 1859, les travaux de Fortuny se résument en études et copies exécutées pour son instruction
personnelle, et des reproductions de diverses œuvres des maîtres auxquelles il est astreint par les
règlements qui régissent l'institution. Il envoie entre autres la Lucre;:a Romana de Guido Cagnacci et

__ le fragment de fresque de l'Académie de

~jf Saint-Luc. Mais pendant qu'il travaille à

Rome à l'abri de tout souci, sans avoir
encore trouvé sa voie et dans la donnée
des disciples d'Overbeck, il éclate dans
son pays un événement auquel il sem-
blerait qu'il doive rester étranger, mais
qui aura cependant la plus grande in-
fluence sur sa carrière.

A la suite des empiétements succes-
sifs des tribus d'Anghéra sur le territoire
espagnol de l'Otéro, aux portes de Ceiita, la guerre vient d'éclater entre l'empereur du Maroc,
Abdher-Rahman, et le gouvernement de la reine Isabelle: l'enthousiasme est général, toutes les pro-
vinces rivalisent de zèle, la municipalité de Barcelone désire que Fortuny suive le corps expédition-
naire pour retracer les divers épisodes de la lutte.

Nous eûmes cette singulière fortune de quitter l'Espagne avec Fortuny à bord du Vasco Nune\ de
Balboa, et de débarquer avec lui sur la terre d'Afrique. On sait que le général Prim, qui devait gagner

COFERET ARABE D'iVOIRE.

(Collection Fortuny.)
Fac-similé d'un dessin de Fortunv.

Grand Azul.ejo ou carreau de faïence hispano-mauresque du xi\e siècle.

( Collection Fortuny.)
Fac-similé d'un dessin de Fortuny.

à la pointe de l'épée dans les plaines de Castillejos son titre de marquis, était déjà, de par droit de
conquête, comte de Reuss, cette même ville qui avait donné naissance au peintre de la Vicaria. Il était
donc naturel que ce dernier suivît le quartier général du grand Catalan, qui menait alors un train de
prince et ne marchait qu'escorté de poètes, d'artistes, de journalistes, dont la plupart, d'ailleurs, nos
compagnons d'alors, ont eu les plus brillantes destinées.

A cette époque de sa carrière, Fortuny est un jeune homme de vingt-trois ans, très-robuste, bien
découplé, un Catalan un peu abrupt, concentré, taciturne, résolu dans les moments difficiles; il est
habitué à la dure, toujours prêt à tout et il va au feu sans phrases.

Ce séjour au Maroc, qui dura de cinq à six mois, fut certainement une révélation pour le jeune artiste.
C'est une époque de notre existence à tous à laquelle nous ne saurions penser sans émotion. Presque
toujours silencieux, négatif, mais sans tristesse et sans mauvaise humeur; facile à vivre obligeant et
loading ...