L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 7
DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0016
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
SALON DE 1875. 7

La seconde Ko Mati, lavant ses poésies, figure dans un album dont le titre est : Hiro. Collection
de peintures familières. Hiro a le trait moins gras qu'Ho Ku Sai, plus coupant que Boun Sen. Ses cro-
quis sont sommaires, mais fins et gais.

Enfin dans la Collection des dix sortes d'antiquités on rencontre encore la représentation de notre
vieille poétesse, assise, à peine couverte de quelques lambeaux. Cette figure, vraiment hideuse, serait
gravée en creux sur la plaque de son tombeau, à l'entrée d'une chapelle. Cela semble fixer un
caractère historique ; mais il se pourrait, nous dit-on, que ce ne soit encore qu'une figure traditionnelle.

Ph. Burty.

{La suite prochainement )

SALON DE 1875
1.

m. le marquis philippe de che nne viè re s-pointe l.

ès qu'il fut question de remplacer M. Charles Blanc à la direction
des Beaux-Arts, bon nombre d'artistes se persuadèrent modestement
avoir inventé M. le marquis de Chennevières ; puis on les entendit
se prodiguer force félicitations au sujet de la nomination de leur
candidat. Un ministre venait enfin d'écouter la voix des artistes, et il
allait infailliblement en résulter pour eux de longs jours tissés d'or et
de soie, ■— et aussi de génie, bien entendu!

Ces illusions, aussi puériles qif intéressées, eurent pour consé-
quence immédiate de faire élever dans chaque atelier un piédestal à
M. de Chennevières, de le proclamer dieu et de l'empoisonner de
l'encens le plus épais dans le doux espoir de recevoir quotidiennement de lui la manne céleste.

Il est arrivé ce qu'il ne fallait pas être grand clerc pour prévoir. Rien de ces rêves si commodes
ne s'est réalisé et les adorateurs du nouveau directeur des Beaux-Arts s'entendent aujourd'hui à qui
mieux mieux pour lui jeter la pierre. Chaque matin le moindre rapin, tout comme de leur côté les
aspirants à l'Institut, fait l'addition des méfaits de M. de Chennevières, le voue aux gémonies, et se
met en quatre pour inonder de ses griefs la presse française et étrangère. Il serait peut-être préférable
de s'occuper à produire de meilleure peinture. Cela aurait, en tout cas, le précieux avantage de n'être
ni ridicule, ni inepte.

Pour parler vrai, M. de Chennevières est ce qu'il était avant sa nomination : un lettré des plus
loading ...