L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 12
DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0021
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
12 L'ART.

de ce temps. C'est surtout à un homme d'une si haute valeur qu'il eût appartenu de comprendre
largement la question. On n'a su que la rapetisser aux proportions les plus infimes.

De tous les artistes dont le nom a été mêlé dans cette bagarre, un seul a pris une attitude parfai-
tement correcte, parfaitement nette et a dit clairement et sans phrases ce qu'il avait à dire ; cité par
VEvénementy comme proposé pour le Jury, M. A. Louvrier de Lajolais a immédiatement écrit pour
décliner cet honneur en déclarant qu'il ne s'est jamais senti de vocation pour juger, placer ou récom-
penser les œuvres de ses confrères.

Que si l'on me trouvait bien sévère pour les artistes en général, il me serait facile de
répondre qu'ayant l'honneur de compter parmi eux plus d'un ami sincère, j'ai toujours trouvé les juge-
ments formulés par ces derniers beaucoup plus rigoureux encore que les miens. Je me bornerai à faire
observer que l'Art, ayant dès son début prêté spontanément son appui le plus actif à toute personna-
lité qui lui a paru mériter d'être mise en lumière, à toute manifestation artistique digne d'être encou-
ragée, est très-résolu à ne jamais dévier de cette voie, mais si l'on veut que ses éloges aient quelque
prix, il faut que cette Revue sache parler devant tous le mâle langage de la vérité.

Paul Leroi.

(La suite au prochain numéro.)

HANS HOLBEIN

(LE JEUNE)
I. «

u jour où les découvertes des Portugais et des Espagnols eurent
changé la face du monde, la prospérité d'Augsbourg déclina. Cette
ville a suivi le sort de cette opulente Venise que Byron devait
comparer à Niobé ; mais, pendant le xv" siècle et une partie du
xvi' encore, avec Nuremberg, Augsbourg fut le grand entrepôt
commercial des pays outre-Rhin. Ces villes, où florissent les grands
marchands, ont toujours été favorables à l'art, témoin Florence,
témoin la Hollande, et cette reine de l'Adriatique que nous venons
de citer. Dans leur sein, le déclin du commerce a été aussi le
déclin de la fécondité artistique. A l'époque dont nous parlons,
Augsbourg correspondait avec le monde entier, ses facteurs pénétraient en Arabie, en Egypte, en
Perse, d'où ils rapportaient des trésors, et sa signature valait celle d'Amsterdam ou de Gênes.
loading ...