L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 29
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0038
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
M. BIZET ET « CARMEN ». 19

de vraisemblance : l'irréprochable correction des marches harmoniques parallèles de ces deux duos
superposés. Comment se fait-il que la flûte et la harpe qui sont là pour la fête dont les deux amants
se sont esquivés, et non pour l'accompagnement de leur conversation amoureuse dont ces deux instru-
ments ne se doutent pas, comment se fait-il que la Mte et la harpe modulent constamment d'ac-
cord avec les voix? Comment se fait-il que les voix aient soin de respecter la tonalité d'un concert
qu'elles ont fur, et de se tenir dans l'harmonie de la flûte et de la harpe, qu'elles ignorent évidem-
ment, qu'elles n'entendent même pas, absorbées qu'elles sont par des préoccupations plus excitantes?

Mlle CHAPUY, DANS LE ROLE DE JMlCAELA. M. LHÉRIE, DANS LE ROLE DE DON JOSÉ.

Fac-similé de croquis par P. Renouard.

La musique le veut, mais la réalité proteste. Cela est faux parce que-cela est juste. Plus la justesse
musicale est observée, plus la réalité est offusquée et falsifiée. Le silence de l'orchestre qui aurait
résumé la situation, qui en aurait peint le dedans, pour ainsi parler, nuit plutôt qu'il n'aide à la vrai-
semblance, et trahit les lacunes de la réalité en amoindrissant la sensation artistique et en dissipant
l'illusion poétique. D'abord pour être tout à fait dans la vérité, il faudrait aussi imposer silence aux
chanteurs. On ne chante pas ainsi dans la vie ordinaire. Quand on prend du réalisme on n'en saurait
trop prendre, et pour peu qu'on en prenne trop, c'en est fait de la musique dont la mission est de
fondre la réalité dans la poésie.

Cet effet se trouve reproduit dans Carmen, mais d'une façon plus piquante et plus musicale. Nous
voulons parler de la première partie du duo entre Carmen et don José au second acte, de cette danse
loading ...