L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 33
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0042
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
M. BIZET ET « CARMEN ». 33

et un charme zingaresque pris sur nature, et M. Bouhy, un toréador qui a une voix symphatique et
vibrante, et qui n'oublie jamais, en combattant, « que l'amour le regarde ».

Carmen est une pièce espagnole. 11 y avait jadis beaucoup de recette et de poncif dans l'Espagne
de l'opéra-comique. Les auteurs de Carmen ont eu la bonne fortune de rencontrer un directeur de
théâtre, poëte et artiste, épris de couleur locale, qui s'est piqué au jeu et a tenu à honneur de leur
fournir non pas des décors à toutes fins, mais de véritables tableaux et des costumes exacts, dessinés
non par des industriels plus ou moins habiles, mais par des peintres d'un vrai talent, enfin une
Espagne pour de vrai, et qui semblait toute étonnée de son apparition sur la scène du Domino noir. La

M, Teste, dans le rôle d'un Guide. M. Barnolt, dans le rôle du Remendado.

Fac-similé de croquis par P. Renouard.

musique de M. Bizet, qui tantôt fait appel aux rhythmes des chansons locales et des danses populaires
pour en fouetter ses mélodies, — notamment au premier acte, dans la Habanera et dans la jolie scène
entre Carmen et don José, sur un motif de séguedille spirituellement dramatisé, — tantôt s'inspire
des excessives sensibilités harmoniques de la musique arabe, était digne de ce cadre si riche et si
ressemblant.

Pour caractériser d'un mot la manière du compositeur, on pourrait emprunter celui que M. Charles
Yriarte, dans sa belle Etude sur Fortuny, appliquait au peintre de la Vicaria : « l'école de la main. »
Si M. Bizet n'est jjas en musique le fondateur de cette école, il s'y rattache par la prestesse, les raffi-
nements et la sûreté de son exécution, si merveilleuse que, dominé par la curiosité qu'elle excite et
les étonnements qu'elle prodigue, on oublie de rendre justice à la sincérité, à l'élévation des inspira-
tions qui l'animent. L'école de la main a du bon, quand ce ne serait que pour former, assouplir et
aguerrir le talent ; mais le talent de M. Bizet est assez achevé pour viser plus haut que le mérite et le
succès d'exécution, pour élargir sa forme si précieusement ouvragée et pour dégager complètement
Tome II. 5
loading ...