L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 63
DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0073
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
UNION CENTRALE DES BEAUX-ARTS.

63

faire et du mérite technique, mais elle lut paraît telle sous le rap-
port de l'intérêt des sujets. « Les médiocrités y sont dans la pro-
portion ordinaire, et il serait difficile de désigner une œuvre qui
méritât, par un style exceptionnellement puissant ou élevé, d'être
citée comme le tableau de l'année; mais, parmi les œuvres qui,
pour les initiés, constituent l'exposition, il y en a un plus grand
nombre que d'habitude qui se distinguent par une individualité
marquée, par la nouveauté du sujet, du sentiment et du faire, et
qui offrent un intérêt supérieur à celui qui s'attache seulement à
une exécution réussie. »

« Peut-être, dit Y Architecte le niveau moyen de l'exposition
de la Royal Academy est-il un critérium exact de l'état actuel
de l'art anglais, mais, pour beaucoup de raisons, de cette production
d'une année comparée à une autre, on ne peut conclure ni à un
progrès, ni à une décadence. »

On voit que ces appréciations d'ensemble sont en somme
assez froides, et c'est à la peinture à l'huile qu'il faut surtout

s'en prendre, car il paraît que la sculpture est bien représentée,
quoique M. Woolner n'ait rien exposé ; il paraît également que les
architectes se distinguent, que les graveurs et les aqua-fortistes
sont en progrès, et que les aquarellistes ont dépassé le niveau de
la dernière exposition.

L'exposition comprend 1408 numéros, 200 de moins que les
deux précédentes.

Belgique. — Le 7 mai, le journal hebdomadaire anversois,
la Fédération artistique^ est entré dans sa troisième année d'exis-
tence.

— Le premier numéro du journal Roma artistica. giornale
settimanale di belle arti ed arti applicate all'industria} a paru
tout récemment.

Il contient des renseignements et des articles intéressants, et
promet un vaillant défenseur de plus à la cause de l'art et de ses
applications à l'industrie:

LA SOUSCRIPTION AU MONUMENT DE COROT

LISTE COMMUNIQUEE A L'ART PAR M. E. DALIPHARD, SECRÉTAIRE DU COMITÉ COROT.

M. Bazille (Louis), à Montpellier......... 20e >

M. Damoye (Félix).............. 20 1

M. Guillemcr................. 5 1

Une famille.................. 12 1

ti j • /cj , ,„ . I reux d'honorer la mémoire du célèbre peintre Corot, a voté sur

Al. Hedouin (ta.).....■....... . 10 » ; r '

ma proposition une somme de 500 francs comme souscription au
M. Fabien.................. 20 » 1 monument qui doit lui être érigé.

M. Sancy (Hippolyte).............. 20 « " ^e serals flatté, monsieur, que vous voulussiez bien inscrire

la ville de Lille au nombre des souscripteurs. J'aurai l'honneur

Le maire de la ville de Lille à M. Daliphard. secrétaire trésorier
du comité Corot, à Parif.

Lille, le 7 mai 1875.

« Monsieur,

« Dans sa séance du ç de ce mois, le Conseil municipal, dési-

La ville de Lille................ 500

Total..... 607f

Total des listes précédentes............2,012

Ensemble.....2,619

de vous adresser un mandat de 500 francs dès que la délibéra-
tion du Conseil municipal aura été approuvée par l'autorité supé-
rieure.

« Veuillez agréer, monsieur, l'assurance de ma considération

la plus distinguée. •

« Le maire de Lille,

Signé : C a t e l Béguin. «

UNION CENTRALE

APPLIQUÉS A

Les travaux pour l'Expo icion de 1876 avancent rapidement. !
La commission consultative a adopté, dans sa dernière séance, les
rapports et programmes de deux sections, celles de l'Industrie et
des Ecoles ; ces documents vont être soumis à l'examen du
conseil d'administration. Il ne reste plus à lire que le rapport
sur la partie rétrospective de l'Exposition. Ce travail, confié à
notre collaborateur, M. Lafenestre, est fort avancé ; nous savons
déjà qu'il s'agit de proposer une série de salles, types de plusieurs
époques, comprenant un aménagement complet, tenture, mobi-
lier, objets usuels et tel qu'on puisse se former l'idée de la vie
intérieure aux xve, xvie, xvnc et xvine siècles. Cès documents
seront complétés par l'exposition des dessins de la commission des
monuments historiques.

Peu de modifications ont été apportées à l'Exposition de
l'Industrie; cependant une mesure qui ne manque pas d'impor-
tance, est proposée au conseil. Il s'agit de dégrever de tous frais
d'exposition les artistes qui exposeraient des dessins ou maquettes
qui n'auraient pas encore été exécutés par l'industrie. L'Union
offrirait encore de cette façon un grand avantage aux jeunes
"';«fs dont le talent a besoin d'être mis en lumière.

DES BEAUX-ARTS

L'INDUSTRIE

Quant aux écoles, il n'y aurait pas cette année d'Exposition
libre; ces exhibitions, renouvelées tous les deux ans, sont trop
fréquentes et inutiles : les modifications apportées à l'enseigne-
ment ne sont sensibles qu'après un laps de temps plus consi-
dérable. Aussi se bornerait-on à ouvrir de nombreux concours
qui seraient faits, pour Paris, au palais des Champs-Elysées, et
pour la province, dans les établissements spéciaux. Le Bulletin
de l'Union publiera du reste ces documents aussitôt qu'ils auront
été discutés et approuvés par le conseil d'administration.

Le conseil vient de décider l'envoi de représentants de l'Union
centrale à l'Exposition de Blois; un rapport devra lui être
adressé sur le concours des Ecoles de dessin qui y sont réunies,
et des médailles de l'Union doivent être remises à celles dont les
résultats paraîtront dignes d'être récompensés et qui, naturel-
lement, ne s'écartent pas des principes d'enseignement sur lesquels
la Société n'a cessé d'appeler l'attention des professeurs.

A l'heure où nous mettons sous presse, M. de Montaiglon
occupe la chaire de la salle des conférences et fait une leçon sur
le goût de Br'inelJeschi, en architecture : nous en rendrons
compte dans notre prochain numéro.
loading ...