L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 85
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0096
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
HANS HOLBEIN (LE JEUNE). 85



pensionnaires de Sa Majesté. D'ailleurs à l'époque, Holbein n'était pas absolument libre de disposer de
lui-même ; il avait laissé à l'hôtel de ville de Bâle des travaux inachevés ; il revint donc en Suisse en
1529. 11 apportait à Érasme le dessin à la plume de la famille qu'il venait de quitter, mais Erasme, chassé
de Bâle par Œcolampade, s'était réfugié à Fribourg. Autre tristesse : Froben était mort, et, au milieu
des disputes religieuses on s'occupait bien peu de l'art; l'aspect de la ville dut paraître sombre à
Holbein. Il alla visiter Érasme, il lui remit le précieux dessin. Aussitôt l'humaniste prit sa plus belle
plume, et écrivit, à sa gracieuse élève Margvierite, qu'il n'avait pas vue depuis longtemps : « Omnes
agnovi, sed neminem magis quam te ! » Hans acheva les peintures de l'hôtel de ville « et pour ce travail
reçut la somme de 72 florins », à peu près ce qu'on lui payait à Londres un simple portrait. Pendant son
séjour, il acheva de compléter les Simulachres de la mort, exécuta Saint Paul, l'Erasme appuyé sur le

Si M U 1. A G H RE DE' LA MORT : MEMENTO MORI.

# Si tj veulx vivre sans péché

Voy ccstc image à tous propos
Et point ne serr.s empesche,
Quand tu t'en iras à repos1.

Dessin de E. Bocourt, d'après Holbein, gravure de Hotelin.

dieu Terme, dessin célèbre, dont le bois conservé à Bâle a servi à M. Woltmann pour illustrer l'histoire
(i d'Holbein et de son temps » ; enfin il orna de peintures la porte du Rhin.

En 1532, avec un congé régulier des magistrats, il repartit pour l'Angleterre. A son arrivée à
Londres, il n'y trouva point Thomas Morus : celui-ci, devenu grand chancelier, avait accompagné
Henri VIII à Woodstock. Le philosophe de Chelsea avait succédé au cardinal Wolsey, dont il avait le
courage de défendre la mémoire. Il connaissait pourtant la nature implacable, vindicative et
sanguinaire de Henri VIII: « J'en conviens, disait-il, il est bon maître; cependant, malgré la faveur dont
il m'honore, si cette tète, qu'il vient de caresser, pouvait lui gagner un château en France, il ne
balancerait pas à l'enlever de mes épaules. » Bientôt disgracié — sa vertu le méritait — il se retira

1. Ce Mémento mori a été t.u.'ours ccn:idéré comme un chef-d'œuvre et la plus belle pièce de la collection.
loading ...