L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 142
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0159
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
LONDON SEASON

(Correspondance particulière de /'Arc

Londres, 4 mai 187J.

es expositions artistiques pleuvent ici : hier s'est
ouverte au public celle de la Royal Academy of
Arts, la cent septième depuis la fondation de l'in-
stitution. Des invitations particulières avaient

Gilbert, A. R. A. Ses deux envois ajoutent encore à la renommée
de ce maître si merveilleusement doué, l'un des virtuoses les plus
accomplis du pinceau, l'un de ceux à qui l'on cherche vainement
des rivaux dans la voie où il marche de triomphes en triomphes.

admis les privilégiés à visiter le 30 avril les gale- ! L'admirable chevauchée d'hommes d'armes tout bardés de fer
ries de Burlington House, et dès le lendemain la presse donnait I que Sir John fait se dérouler, bannières déployées, au milieu d'un

son avis sur le Salon annuel de Londres. Comme M. Charles
Yriarte s'est chargé d'étudier pour F Art cette solennité qui n'a
d'académique que son titre, je me bornerai à citer l'opinion
de la Saturday Revieiv; c'est la vérité sans phrases, mais la
vérité : 1 It is not superlatively good, it is not positively bad; it
is simply médiocre ; in othcr ivords, not mattrially better or ivorse
than its immédiate predecessors2. »

Après la Royal Academy, ce sont les deux grandes Sociétés
d'aquarellistes qui reçoivent le plus de visiteurs. UInstitute of

paysage d'une justesse de tons inouïe, d'une sûreté d'exécution
sans égale, large, puissante, disant juste tout ce qu'il faut dire, ne
tombant jamais dans la minutie, cette chevauchée suffisait à donner
une idée complète de la prestigieuse maestria de ce talent de pre-
mier ordre, mais il a voulu nous réserver la surprise de prouver
qu'il sait se surpasser lui-même, et il nous montre King Francis
ihe Irst , the Queen of Navarre, Madame d'Estampes, and the
Cardinal of Lorraine in the Workshop of Benvenuto Cellini.

Jamais on n'a fait parler à l'aquarelle langage plus splendide;

Painters in Water Colours tient sa quarante et unième exposition ces flots de pourpre, de velours, d'or, d'argent ec de soie, consti-
dans sa galerie de Rail Mail, n° 53 ; le succès est cette année tuent le plus éblouissant, le plus harmonieux bouquet qui se

très-faible, pour ne pas dire négatif. Je ne vois à citer, ' puisse rêver; mais cet éloge n'est pas exclusif, sinon il donnerait

outre les œuvres du Président, M. Louis Haghe, artiste belge I prise à une légitime critique; rassurez-vous, il n'y a point là

depuis très-longtemps établi en Angleterre, que la Strada Nuova, j seulement une éclatante victoire de la palette; la pensée est à la
de Gênes, par William Wyld, un Anglais de Paris, « Devon- hauteur de ce faire si magistral; toute la scène est établie avec

shire Lass , » de Guido Bach , t The Appeal, » de James I une perfection telle, qu'on ne conçoit pas que cette royale et prin-

D. Linton, On the nay to Llyn ldival, par J. Syer, Near Lewes, \ cière visite dans l'atelier de Cellini ait pu se passer autrement;
de H. G. Hine, Arundel, de T. Collier, « The Last Day in les physionomies sont comprises, étudiées, fouillées avec un esprit,

Old England, » par Chas. J. Staniland, A Birthday Ode, par 1 une science, une connaissance de l'époque et du caractère de

Chas. Cattermole, From San Giovanni hâterano, par F. J. Skill et ' chacun qui confond d'autant plus que Sir John ne fait pas le
surtout et avant tout Sleepers, par Jozef Israels, l'émment artiste moindre étalage de son vaste savoir ; rien ne pose dans son art,

hollandais, l'un des membres honoraires de YInstitute. Quant à
Miss Elizabeth Thompson, dont l'échec est si complet cette fois à
la Royal Academy, l'aquarelle qu'elle expose ici n'a pas meilleure
fortune. Le catalogue comprend 252 numéros. Celui de la

si bien que pour la grande majorité de ceux qui voient ses œuvres
— dessins, aquarelles ou tableaux, — tout cela paraît être pro-
duit le plus aisément du monde et comme d'abondance.

Sir John Gilbert est incontestablement le plus grand artiste

Society of Painters in Water Colours, dont la quatre-vingt-qua- | que possède aujourd'hui l'Angleterre; il pratique d'une manière

trième exposition est ouverte dans ses élégants salons de Rail supérieure cette qualité maîtresse : la loi des sacrifices, sans la-

Mall East, en compte 279, et cette fois la qualité est en raison quelle on tombe dans le mesquin, le petit, le menu, défauts trop

de la quantité; le fait est assez rare pour être signalé. caractéristiques de la plupart des peintres anglais modernes.

Vous trouverez là, brillamment représentés : MM. T. M. Ri- Ajoutez que Sir John n'est pas un faiseur de systèmes artis-

chardson, Albert Goodwin, H. Stacy Marks, A. R. A., Thomas tiques comme tant de ses compatriotes qui suicident leur talent à

Danby, William Callow, George Dodgson, S. P. Jackson, Cari la poursuite de la petite bête, et vous vous formerez une juste

Haag, J. W. North, E. F. Brewtnall, H. P. Rivière, Francis idée de l'homme éminent dont j'ai l'honneur de vous entretenir.

Powell, R. W. Macbeth, Birket Foster, George P. Boyce, Vous'trouverez naturel qu'après avoir parlé du Président de

Fredk. Tayler, W. C. T. Dobson, R. A., H. Brittan Willis, j la Society of Painters in Water Colours, je n'entre pas dans le

Samuel Read , l'éminent directeur artistique de Ylllustrated i détail de la foule d'expositions plus ou moins secondaires ouvertes

London Neivs, E. Radford, Fred. Walker; vous y trouverez \ en ce moment et qui resteront ouvertes pendant toute la Sai-

M. L. Aima Tadema qui pousse la passion de l'archéologie ' son. Je me borne à vous en envoyer la liste : Belgian Gallery,

jusque dans ses aquarelles; cela en devient agaçant, et, j Society of Lady Artists, Society of British Artists, New British

toute galanterie à part, je me permets de préférer de beaucoup à Institution, The Marine Picture Gallery, General Exhibition of

ces productions, si savantes qu'elles soient, de M. Tadema, W'ater - Colour Draivings, French Gallery, Doré Gallery, The

deux simples aquarelles de Mme Clara Montalba qui, avec de I Linnell Exhibition, etc., etc.

moins doctes prétentions, possèdent l'inappréciable avantage d'un
faire bien plus artiste dans sa liberté. C'est Venise dont s'est
doublement inspirée l'intelligente élève d'Eugène Isabey, car si
M""' Montalba est née en Angleterre, son éducation de peintre
est toute française. La Salute et On the Way to the Campo Santo
sont des œuvres de coloriste empreintes du sentiment le plus dis-
îingué et justifient complètement le choix de la Society of Pain-
ters m Water Colours qui, l'an dernier, admettait Mme Montalba
parmi ses membres associés.

Mais qui domine toute cette remarquable exposition, c'est le
Président de la Société, un artiste hors pair, celui-là, Sir John

Toutes ces Sociétés, toutes ces entreprises sont florissantes,
toutes ne vivent que par l'initiative privée, aucune ne subit à
quelque degré que ce soit l'intervention gouvernementale ; l'Etat
ne s'avise ni d'autoriser la fondation d'institutions de ce genre,
ni de les contrôler, ni de les subsidier peu ou prou. Il s'agit d'un
pays libre où le pouvoir a pour règle première et invariable de
ne pas se mêler de ce qui peut mieux se faire sans lui.

Aussi les artistes ne sont-ils nulle part plus indépendants et
ne font-ils nulle part aussi brillamment leurs affaires.

John Dubouloz.

1 Voir tome ii, page 38.

2. « Cela n'est pas superlativemcnt bon, cela n'est pas absolument mauvais ; c'est simplement médiocre ; en d'autres termes, cela n'est matériellement
meilleur ni pire que les dernières expositions. »
loading ...