L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 157
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0177
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
EXPOSITION

DES OEUVRES DE COROT

(suite l.)

ès l'entrée de la salle Melpomène, on est séduit, charmé, attiré, et
l'oeil ne sait d'abord où s'arrêter. Est-ce cette belle étude réaliste, la
Tannerie1, ou cette délicieuse composition qui rappelle les vers du
poëte latin :

Junctceque Nymphis Gratiœ décentes
Alterno terram quatiunt pede?

que nous allons étudier. Le regard hésitant va de l'une à l'autre. Au
milieu de cette multitude de merveilles, grandes toiles largement
brossées et toutes imprégnées du génie du maître, ces perles d'art
d'une délicatesse adorable, on reste convaincu que la distinction était un des besoins, une des nécessités
du talent de Corot et on peut hardiment dire que, pour lui, l'harmonie était la loi suprême.

Le Lac.

Fac-similé d'un dessin de Ed. Daliphard, d'après le tableau de Corot, appartenant à M. Brun.

Une des plus belles pages de cette brillante exhibition, qui pour beaucoup est une révélation,
c'est sans contredit la belle toile qui s'étale dans toute sa puissance harmonique sur le panneau du
fond, au-dessus du médaillon du maître. Le Lac3, qui eut un si grand succès au Salon de 1861 et dont

1. Voir tome II, page 109.

2. N" 28 du catalogue.

3. N» ii du catalogue.
loading ...